L'équipe-type des amateurs de musique

le
0
L'équipe-type des amateurs de musique
L'équipe-type des amateurs de musique

Zlatan a beau avoir chopé un Disque d'or avec une reprise en mousse de l'hymne suédois, c'est quand même beaucoup plus drôle quand Michel Jonasz, Daniel Balavoine et les autres chantent les footballeurs.

Le onze type

Ali Ahamada, docteur en faute de mains : "Alors ouais, j'me la raconte, ouais ouais, je déconne / Non non, c'est pas l'école qui m'a dicté mes codes / On m'a dit qu't'aimais le rap, voilà de la boulette / Sortez les briquets, il fait trop dark dans nos têtes" (Diam's)

Ashey Cole, en pleine dispute avec Cheryl après une infidélité : "On prenait notre couple en exemple / Notre histoire était si belle si attendrissante tu sais / Comment t'as pu faire pour tout gâcher / Toujours à m'espionner" (Amine)

Souleymane Diawara, de retour en boîte depuis sa sortie des Baumettes : "Un peu parti un peu naze / J'descends dans la boîte de Jazz / Histoire d'oublier un peu le cours de ma vie" (Michel Jonasz)

John Terry, confession nocturne : "Wayne, assieds toi faut que j'te parle, tu vas passer ta journée dans le noir" (Diam's et Vita'a)

Lilian Thuram, mémoire vivante de l'esclavage : "Des champs de coton / dans ma mémoire / trois notes de blues / c'est un peu d'amour noir." (Jean-Jacques Goldman)

Lassana Diarra, de retour à l'OM après une saison blanche : "Tant d'échecs, tant de défaites / Ont forgé le mordant, pour encaisser les coups dans ma mentalité / Fauché, sans occupation, il n'y a pas pire / Je ne possédais rien et je voulais fonder un empire" (Akhenaton)

Marco Verratti : "L'amour brille sous les étoiles / D'une étrange lumière / La terre entière, en parfaite harmonie / Vit sa plus belle histoire / L'amour brille sous les étoiles / Illuminant leurs coeurs / Sa lumière éclaire à l'infini / Un sublime espoir" (Le Roi Lion)

Yoann Gourcuff, à bas la pression : "Même les soirs de drame / Il faut trouver la flamme qu'il faut / Pour toucher les femmes / Qui me tendent les mains / Qui me crient qu'elles m'aiment / Et dont je ne sais rien / C'est pour ça qu'aujourd'hui / Je suis fatigué / C'est pour ça qu'aujourd'hui / Je voudrais crier / Je ne suis pas un héros / Mes faux pas me collent à la peau / Je ne suis pas un héros / Faut pas croire ce que disent les journaux / Je ne suis pas un héros " (Daniel Balavoine)

Ezequiel Lavezzi, grillé sur les réseaux sociaux : "Y'a, beaucoup de ragots qui…
















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant