L'équipe type de la semaine internationale

le
0
L'équipe type de la semaine internationale
L'équipe type de la semaine internationale

Tu l'avais pourtant promis à ta moitié : ce week-end de trêve internationale, tu allais être aux petits soins. Puis tu es tombé un peu par hasard sur un Slovénie/Saint-Marin pas dégueulasse, un Monténégro/Russie complètement fou, un Pays-Bas/Turquie tout moche et un France/Danemark immanquable. Tu n'es désormais plus crédible.

[BLOCK]Igor Akinfeïev (Russie) : Dans la longue liste des pris pour cible, aucun joueur ne s'était encore pris un fumigène en plein visage. Sorti sur civière en héros de guerre, Igor a dû se poser la même question que tout le monde : pourquoi faire repartir le match après un tel incident ?

[BLOCK]David Alaba (Autriche) : "Ici nos rêves sont étroits. C'est pour ça que j'irai (A)là-bas." David Alaba a rejoint les rangs du Bayern Munich car il savait que son palmarès n'allait pas bien grossir avec l'Autriche. Il s'est peut-être trompé. Les Autrichiens s'imposent 0-5 au Liechtenstein avec un but et un péno manqué pour Alaba, et caracolent en tête du groupe G des éliminatoires de l'Euro.

[BLOCK]Raphaël Varane (France) : Buteur de la tête contre le Brésil au Stade de France, joueur du Real Madrid, capitaine des Bleus. Et si le nouveau Zinédine Zidane était en fait Raphaël Varane ?

[BLOCK]Hovhannes Hambardzumyan (Arménie) : Son Arménie menait tranquillement 1-0 avant son expulsion. Résultat des comptes ? Une défaite 2-1 en Albanie. On imagine facilement la gueulante du sélectionneur dans les vestaires : "Sérieux Hambdar... Hambrad... Hanbd... Toi ! C'est pas possible !" Déjà qu'on ne sait toujours pas comment bien prononcer Griezmann...

[BLOCK]Maksim Bordachev (Biélorussie) : Dans Biélorussie, il y a Russie. Et dans Bordachev, il y a presque Gorbatchev. Mais quand lui assiste, impuissant, à l'effondrement du bloc soviétique, Maksim offre une victoire importante à sa Biélorussie, face à la Moldavie. Un but à dix minutes de la fin et trois points à rapporter à Minsk.

[BLOCK]S?awomir Peszko (Pologne) : Le milieu polonais pensait donner une importante victoire aux siens en Irlande et conserver ainsi trois points d'avance sur l'Allemagne au classement. C'était sans compter sur Shane Long, venu égaliser dans les derniers instants de la rencontre. Une bonne assiette de pâtes au peszko pour oublier ça ?

[BLOCK]Wesley Sneijder (Pays-Bas) : Lorsque la pression est à son paroxysme, il prend ses responsabilités en tentant sa chance. Un tir aussi puissant que précis pour arracher l'égalisation contre la Turquie et graver dans la roche sa 112e sélection chez les Oranje, ce qui fait de lui le deuxième Néerlandais le plus capé derrière Van der Sar. Wesley...












Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant