L'équipe type de ceux qui ont mal géré l'entre-deux-tours en 2015

le
0
L'équipe type de ceux qui ont mal géré l'entre-deux-tours en 2015
L'équipe type de ceux qui ont mal géré l'entre-deux-tours en 2015

À l'image d'une élection, l'année civile d'un footballeur est marquée par une coupure, la fameuse trêve estivale. Et le retour de vacances est parfois compliqué, comme peut l'être un second tour pour un homme politique auteur d'un beau début de campagne et un peu trop sûr de son succès.

[BLOCK]
Nicolas Douchez (Paris Saint-Germain FC) Si Salvatore Sirigu est le grand perdant de l'été, Nicolas Douchez en est le très grand perdant. Il pensait terminer tranquillement son quinquennat parisien dans le rôle confortable de suppléant de l'Italien, et voilà que son parti lui balance un candidat inattendu dans les pattes. Du coup, le voilà relégué en numéro 3 sur la liste désormais conduite par Kevin Trapp, c'est-à-dire en position non éligible. Son seul espoir, que Sirigu rende sa carte pour pouvoir à nouveau aller mener campagne lors des coupes nationales.


[BLOCK]
Gregory van der Wiel (Paris Saint-Germain FC) Déjà en ballottage défavorable à la fin du premier tour, il a définitivement perdu ses chances de l'emporter. Plus aucun sondage favorable à se mettre sous la dent depuis que Serge Aurier a décidé de mettre les bouchées doubles. C'est simple, on ne voit plus que le visage de l'Ivoirien sur tous les tracts et toutes les affiches. Et le Batave devrait bientôt retirer sa candidature pour tenter de se faire élire ailleurs.


[BLOCK]
Nicolas Nkoulou (Olympique de Marseille) Surprise de la campagne précédente avec la folle réussite du parti marseillais, Nkoulou était l'un des grands espoirs des siens. Un jeune loup prometteur du cabinet de Marcelo Bielsa, malgré sa blessure printanière. Le journal L'Équipe en avait même fait son meilleur défenseur central, avec Thiago Silva, sur la moyenne des notes de la saison. Mais la défense phocéenne est en souffrance depuis la rentrée, et sa première partie de saison donne à l'OM la mauvaise mine des soirs de débâcles.


[BLOCK]
Nicolas Pallois (FC Girondins de Bordeaux) La ville de Bordeaux a offert quelques hommes d'État à la France, de Jacques Chaban-Delmas à Alain Juppé, et même accueilli un Président en la personne de Laurent Blanc. Mais cette tradition n'est plus, comme le montrent les ennuis de Nicolas Pallois. Plutôt solide avant d'emmener sa grande carcasse en vacances cet été, le rude défenseur a fini par s'attaquer aux institutions en bousculant un arbitre assistant fin novembre. Un dérapage…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant