L'Équateur gèle 20% de son pétrole

le
0
En échange d'une aide financière internationale, le projet Yasuni ITT espère aider à la conservation de la nature et investir dans les énergies renouvelables.

Seul un ½il parfaitement averti repère cette si banale petite plante noyée dans la multiplicité des verts amazoniens. Ce pourrait être une fougère de nos fossés. Mayer Rodriguez qui arpente depuis trente ans la forêt y voit bien autre chose, peut-être un peu d'éternité. «Cette plante qu'on appelle Selaginella est la même que celle que l'on retrouve dans certains fossiles datant de l'époque des dinosaures», raconte ce guide, le plus reconnu de la station de recherche scientifique de Tiputini au c½ur de la forêt équatorienne. Un symbole de ce qui est encore une forêt primaire, grandie à travers les siècles dans un extraordinaire et très subtil maillage d'espèces de plantes et d'animaux d'une richesse exceptionnelle.

Partagé entre la manne pétrolière émettrice de gaz à effet de serre et res...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant