L'épineuse fermeture des commissariats

le
1
De Dinan à Castelnaudary, policiers et gendarmes doivent se redéployer dans une trentaine de villes. Les élus et les syndicats de policiers protestent. Manuel Valls doit agir avec doigté.

«Ce ne sont pas des fermetures mais des redéploiements». Le cabinet de Manuels Valls préfère éviter les mots qui fâchent. Depuis quelques jours, les organisations syndicales de la police et de nombreux élus tentent d'attirer l'attention du ministre de l'Intérieur sur les conséquences d'un projet de redistribution de certaines implantations de police et de gendarme en province et en région parisienne.

Une bonne trentaine de communes sont concernées, mais aussi de plus petites villes, cette fois en zone gendarmerie, comme Cesson-Sévigné, près de Rennes. Jean-Claude Delage, le secrétaire général d'Alliance, deuxième force syndicale chez les gradés et gardiens, assure que «le ministre est bien mal conseillé par sa haute administration qui pilote ce dossier comme le Gosplan»...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dugan le jeudi 18 avr 2013 à 09:59

    Les malfaisants immigrés vont aussi se "déployer" dans les villes et villages ou la police -qui ne fait déja plus peur à ces gens là- ne sera plus présente. Va t-il falloir en venir à faire comme aux USA pour se défendre soi même afin d'éviter d'être violenté et cambriolé !??