L'épineuse chasse aux pirates de Bercy

le
0
Des sources proches de l'enquête évoquent une piste asiatique qui ne pourrait être qu'un piège tendu par les hackers

Les pirates sont souvent mieux armés que les enquêteurs. Deux jours après l'officialisation d'une cyber- attaque sans précédent au ministère français de l'Économie et des Finances, la chasse aux pirates est lancée. L'enquête sur l'attaque, qui a visé 150 ordinateurs de Bercy de décembre à février, a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) ainsi qu'à l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Et les enquêteurs ne semblent pas sur la piste d'un hacker isolé. «Cette attaque est particulièrement bien montée, explique Cyrille Badeau, l'un des dirigeants de la société Sourcefire, une entreprise de sécurité informatique. Le virus qui a été diffusé dans le réseau de Bercy n'était pas statique. Il avait son propre système de maintenance embarquée lui permettant d'évoluer pour échapper à la vigilance des services informatiques du ministère.» La création d'un tel dispositif nécessite une équipe

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant