L'épicier de luxe Hédiard dépose le bilan et cherche un repreneur

le
0
L'épicier de luxe Hédiard dépose le bilan et cherche un repreneur
L'épicier de luxe Hédiard dépose le bilan et cherche un repreneur

L'épicier Hédiard, fleuron français de l'épicerie fine fondée au XIXe siècle, s'est déclaré lundi en cessation de paiements auprès du tribunal de commerce de Paris. L'enseigne, déficitaire depuis six ans, cherche désormais un repreneur. Selon Le Figaro, le groupe aurait en effet été lâché par son actionnaire milliardaire, le russe Sergei Pougatchev. 160 emplois sont menacés.

Le tribunal de commerce de Paris, auprès duquel l'épicier de luxe s'est déclaré en cessation de paiements, pourrait prononcer jeudi son redressement judiciaire. La juridiction décidera alors s'il nomme un administrateur afin de laisser un délai de plusieurs mois à Hédiard, propriété de la famille russe Pougatchev, pour trouver un repreneur. L'activité du groupe et des enseignes, dont l'emblématique établissement parisien de la place de la Madeleine, continuent cependant à fonctionner «normalement».

Le groupe réalise un chiffre d'affaires annuel de 17,5 millions d'euros, mais reste déficitaire depuis 2007, date de l'arrivée du milliardaire russe. Même si les pertes financières «se réduisent», l'actionnaire n'a pas réussi à relancer l'enseigne dont les origines remontent à 1854. Au premier rang de ses produits, l'épicerie de luxe compte les fruits sous toutes leurs formes (pâtes de fruits, confitures, frais...) qui font partie «de l'ADN d'Hédiard».

Carrefour renonce à un supermarché pour gourmets face à Hédiard

Face à un développement en France possible «mais limité», le dirigeant souhaitait amplifier les ventes en Asie, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient, avec la mise en place d'équipes dédiées installées localement. Selon la stratégie présentée en septembre 2012 par l'épicier, il s'agissait essentiellement de points de vente dans les grands magasins, dans des aéroports, ainsi que le développement de la franchise.

Par ailleurs, selon le quotidien «Les Echos» de mardi, le groupe Carrefour a renoncé à son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant