L'épargne des Français au plus haut depuis près de 30 ans

le
3
A 16,8% en 2011, le taux d'épargne des Français retrouve son niveau de 1982. Au dernier trimestre, il a cependant fléchi.

L'année 2011 restera comme une année record pour l'épargne en France. Selon l'Insee ce mercredi, le taux d'épargne des ménages français a atteint 16,8% de leur revenu disponible brut sur l'ensemble de l'année contre 16,1% en 2010, un taux inédit depuis 1982. C'est toujours l'épargne non financière, principalement l'immobilier, qui capte l'essentiel de cette manne, quand le taux d'épargne financière ressort à 7,4%, comme en 2009.

Les Français ont surtout mis de côté aux deuxième et troisième trimestres. Le taux d'épargne a connu un pic d'avril à juin, à 17,3%, avant de progressivement décélérer, les ménages ayant recommencé à puiser dans leurs bas de laine à la fin de l'année. C'est aussi la conclusion de la dernière étude annuelle sur les placements financiers de l'Autorité de contrôle prudentiel et de la Banque de France, publiée mardi. Les flux nets de placements des ménages ont baissé sur la deuxième partie de l'année, passant de 92,2 milliards d'euros en juin à 72,2 milliards en décembre.

La France, pays d'épargnants

Au quatrième trimestre 2011, l'augmentation des prix, portée par celle des produits pétroliers, a pu concourir à la baisse du taux d'épargne observée sur la fin de l'année, note Hervé Péléraux, économiste à l'OFCE. «Mais il ne s'agit que d'une tendance de court terme. À plus long terme, la hausse du chômage devrait continuer à pousser les ménages à se constituer une épargne de précaution», précise-t-il. Car c'est bien la détérioration de la conjoncture économique qui explique la poussée du taux d'épargne observée au deuxième trimestre. Dans cette perspective, l'Insee anticipe, dans sa dernière note de conjoncture, le maintien d'un niveau élevé d'épargne jusqu'à la mi-2012, malgré un léger tassement. «Une hypothèse de mauvais augure pour l'évolution de la consommation», analyse Hervé Péléraux.

Avec un taux d'épargne de 16,8%, la France figure toujours parmi les pays d'Europe qui épargnent le plus. Selon les chiffres d'Eurostat, seuls les Allemands, les Belges et les Slovènes mettent davantage de côté que les Français. En 2010, leur patrimoine net, essentiellement constitué d'immobilier, représentait en moyenne plus de huit fois leur revenu disponible. Selon l'Insee, les Français possédaient globalement à la fin 2010 près de 4000 milliards d'euros d'actifs financiers, soit plus de deux fois la dette publique de la France au troisième trimestre 2011.

LIRE AUSSI:

» Les Français plébiscitent les livrets d'épargne

» L'assurance-vie repasse dans le vert

» Placez votre épargne à l'abri de l'inflation (avec Le Particulier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le vendredi 20 avr 2012 à 20:20

    ACHAT DE TERRAINS????

  • titi18 le jeudi 29 mar 2012 à 12:34

    Très grosses erreur d'avoir trop d'épargne, il faut plutôt investir dans des biens tangibles et au contraire s'endetter en prenant un crédit dans la limite des moyens de chacun. Le but est de se protéger au cas où l'économie nous conduit à une hyper inflation.

  • titi18 le jeudi 29 mar 2012 à 12:34

    Je pense que nous sommes passés à coté grâce à l'attente des dirigeants des pays d'europe et au delà. Mais à mon avis ce n'est que reporté, les dettes sont toujours présentes. En cas d'hyper inflation nos dettes seront effacées par contre notre épargne sera dilapidée par l'hyper inflation. En d'autres termes l'argent ne vaudra plus rien sauf nos biens tangibles.