L'épargnant français est un cadre, d'âge moyen, très diplômé et propriétaire

le
0

INFOGRAPHIE - Les plus modestes, et notamment les jeunes, n'ont plus du tout la possibilité de mettre de l'argent de coté. Le Figaro dresse le portrait type de l'épargnant en France.

En France, en 2009, date des derniers chiffres détaillés fournis par l'Insee, 35% des ménages français n'avaient pas épargné. Et les observateurs s'accordent à dire que les prochains chiffres que fournira l'institut ne devraient guère différe. Une récente étude de l'institut YouGov montrait, elle, que la moitié des Français épargnaient moins de 50 euros dans le mois.

Il existe donc une France qui épargne, se constitue un patrimoine, et peut faire face aux «coups durs» sans (trop) trembler. Et une autre qui, plombée par les hausses de l'immobilier et des dépenses contraintes (impôts, abonnements à des services, remboursement de biens d'équipement, assurances...) est vulnérable aux chocs qui peuvent la faire rapidement dégringoler dans l'échelle sociale.

Mais en quoi le fait qu'une population jeune soit moins épargnante - a fortiori si elle a un niveau de diplôme faible, est locataire, et éventuellement seule ou à l'inverse avec une importante famille à charge - est-il une nouveauté? N'est-ce pas un mouvement «naturel»? Pas exactement. Même si au beau milieu des Trente glorieuses, la hiérarchie restait à peu près la même - les mieux insérés professionnellement épargnaient plus que les très jeunes actifs -, la situation a empiré. Au point qu'il ne faut plus parler d'inégalité mais de «fracture».

Fracture

C'est ce que confirme au Figaro l'économiste Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'Epargne: «C'est une évidence que tout le monde n'a jamais pu épargner au même niveau. Mais la différence entre aujourd'hui et les années 1960-1970, c'est que les populations les plus modestes, et notamment les jeunes, n'ont plus du tout la possibilité de mettre de l'argent de côté, avec un immobilier qui grève un tiers des revenus, contre 20 à 25% à cette époque. Avant, quand vous commenciez à travailler, il vous fallait deux ou trois ans pour être bien inséré professionnellement, et vous aviez de quoi vous constituer une épargne permettant après quatre ou cinq ans de carrière de préparer un apport pour un achat immobilier. C'était d'ailleurs le sens du Plan Epargne Logement. Puis, grâce à la hausse des salaires, vous pouviez ensuite développer votre patrimoine et votre épargne». Un cercle vertueux cassé par la triple action de la hausse de l'immobilier, la stagnation salariale et la tendance à n'être vraiment inséré dans l'emploi qu'à la trentaine.

Une économie nationale où le patrimoine est majoritairement détenu par une population âgée n'a pas le même rendement que des richesses accumulées mieux réparties. C'est ce que confirme Philippe Crevel: «Considérant la nature des épargnants, les sommes en question sont peu utilisées pour acheter des appartements et encore moins pour créer des entreprises ou acheter des voitures et des biens d'équipement». En conséquence une épargne qui génère moins de consommation, moins de dynamisme économique et donc… moins de croissance. Ce qui est en principe préjudiciable à toute l'économie française».

De fait, la seule solution à court terme pour réduire la fracture risque d'être aux mains de l'intervention publique. D'autant qu'en plus d'être concentré au sein des mêmes catégories sociales, le patrimoine issu de l'épargne accumulé se transmet de plus en plus tard: l'héritage, qui permet de corriger les inégalités, se reçoit aujourd'hui à l'âge de la retraite alors que l'on y accédait autour de la cinquantaine il y a 30 ans. «Pour corriger au minimum cette situation, il faut encourager la transmission. D'ailleurs le choix de la majorité actuelle de revenir sur les avantages qui avaient été accordés sous la présidence de Nicolas Sarkozy a été plutôt contre-productif dans la lutte contre les inégalités. Il est nécessaire de favoriser les donations, éventuellement d'ailleurs en taxant plus la détention de capital», analyse Philippe Crevel. Autrement dit, mieux vaut dans l'absolu l'ISF que les droits de succession.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant