L'envolée des objets connectés fera-t-elle la fortune des opérateurs?

le
0
L'envolée des objets connectés fera-t-elle la fortune des opérateurs?
L'envolée des objets connectés fera-t-elle la fortune des opérateurs?

L'internet des objets promet de devenir une poule aux oeufs d'or, et les opérateurs comme le reste des acteurs des télécoms espèrent y trouver de nouvelles opportunités de croissance: ils risquent cependant de nouveau de ne servir que d'intermédiaires quand la valeur se fera ailleurs, sans eux.L'émergence du marché des objets connectés, flagrante lors du Congrès de la téléphonie mobile de Barcelone qui s'achève ce jeudi, va connaître une accélération lors des cinq prochaines années, selon l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate).Les objets connectés ont représentés 175 millions d'unités pour un chiffre d'affaires de 24,2 milliards d'euros en 2013, et l'Idate prévoit que d'ici 2017, ce marché atteindra 470 millions de modules pour un montant de 40 milliards d'euros.Cette croissance sera tirée par la performance de trois grands domaines: l'automobile, l'électronique grand public et tout ce qui concerne la gestion de l'eau, du gaz et de l'électricité.Si l'année dernière, les deux tiers des revenus ont été générés par les développeurs de logiciels et les services d'information, qui analysent les données recueillies, beaucoup d'acteurs aimeraient également avoir une part du gâteau à l'avenir, dont les opérateurs par qui transitent les données.Cependant, "la hausse du nombre d'objets connectés ne garantit pas du tout une hausse du chiffre d'affaires des opérateurs", assure Philippe Pestanes, spécialiste des télécoms au cabinet Kurt Salmon. "La place des opérateurs dans la chaîne de valeur est assez limitée", rappelle-t-il.Et selon le cabinet booz&co, ça ne va pas s'arranger.Dans l'avenir, "80% de la valeur sera captée par les fournisseurs de services d'informations", aux dépens des constructeurs de matériel et des éditeurs de logiciels, mais également des opérateurs de réseau, selon leur étude.D'autant plus que le secteur devrait connaître une importante ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant