L'environnement difficile est riche d'opportunités selon DWS

le
0
(NEWSManagers.com) - Les experts de DWS, l' un des plus gros acteurs européens de la gestion avec 174 milliards d' euros d' actifs à fin mars, restent préoccupés par la situation actuelle, mais se montrent plutôt optimistes. " Nous sommes dans un environnement difficile. Mais c' est aussi un environnement qui offre des opportunités d' investissement" , a estimé Marc-Alexandre Kniess, gérant actions mondiales chez DWS Investments, à l' occasion d' un séminaire à Francfort. Il ne croit pas d' ailleurs que l' économie soit exposée à un " double dip" . " Un refroidissement certainement mais pas de scénario en W généralisé" , avance-t-il.

Dans un contexte toutefois très instable où le risque souverain reste au premier plan des préoccupations, DWS continue de défendre la classe actions, notamment celles qui versent des dividendes élevés. Britta Weidenbach, gérante actions européennes, estime que la mise en ?uvre de plans d' austérité un peu partout en Europe pourrait être contrebalancée par un certain nombre de facteurs porteurs pour les actions. Entre autres, le bas niveau des taux d' intérêt, la faiblesse de l' euro qui a perdu quelque 18 % contre dollar, ou encore des valorisations bon marché d' entreprises européennes peu endettées et dotées de cash flows abondants. " Les valorisations actuelles sont en dessous des moyennes historiques, ce qui justifie des investissements en actions" , plaide Britta Weidenbach qui estime aussi que le stock picking pratiqué par le passé doit désormais s' accompagner d' une analyse pays.

De son côté, Skander Chabbi, gérant du fonds DWS Convertibles, estime que le marché des convertibles, constitue une alternative intéressante. " La volatilité est 50% moindre que celle des actions pour une performance triple" , souligne Skander Chabbi. Les actifs de son fonds ont très fortement augmenté en début d' année (mars-avril), passant de 725 millions d' euros à plus de 1,2 milliard d' euros à fin mai. " Nous avons bénéficié de la sous-performance des obligations. Nous avons ramassé pas mal de papier" , précise Skander Chabbi qui ne fait pas de synthétiques en raison des problèmes de liquidité. Même si depuis deux mois, le marché primaire s' est essoufflé, Skander Chabbi se dit confiant. " On est très en retard sur les années précédentes mais le marché peut se retourner très vite" .

Cela dit, Johannes Müller, économiste, spécialiste du marché obligataire et de la dette souveraine chez DWS Investments, estime que les investisseurs sont trop obnubilés par les problèmes de dette souveraine. En réalité, les ajustements en cours vont prendre un peu de temps mais ils sont d' ores et déjà très substantiels, notamment en Grèce. " Nous avons été très positivement surpris par les mesures très impopulaires prises par le gouvernement grec. Mais je reste optimiste car la Grèce est en avance dans son programme d' ajustement. Le marché a tendance à l' ignorer mais la tendance est bonne" , relève Johannes Müller. Il ajoute toutefois que l' Europe a tout au plus deux ans pour corriger ses défauts compte tenu du calendrier des échéances électorales, avec des rendez-vous majeurs à compter de 2012 (France puis Italie et Allemagne en 2013). L' Europe aurait donc intérêt à bien avancer son calendrier de réformes structurelles tandis qu' une amélioration économique en Irlande et en Espagne serait bienvenue.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant