«L'entrepreneur» Montebourg dénonce l'«arrogance» de la politique

le
2
«L'entrepreneur» Montebourg dénonce l'«arrogance» de la politique
«L'entrepreneur» Montebourg dénonce l'«arrogance» de la politique

Il fut tour à tour président de conseil général, député, troisième homme de la primaire PS, ministre. Depuis qu'il a quitté Bercy avec fracas fin août, Arnaud Montebourg a décidé de changer de vie. «Un acte profondément révolutionnaire», défend-il ce vendredi dans une tribune publiée sur le site L'important. Le voilà «entrepreneur», la langue aussi acérée contre les politiques qu'elle l'était contre les patrons lorsqu'il travaillait au «redressement productif» du pays.

Comme nous l'écrivions début octobre, l'ex-ministre a mis sur les rails une entreprise spécialisée dans l'imagerie médicale. Pour mener à bien cette «troisième vie professionnelle» -il a été avocat, avant d'entrer en politique- Montebourg vient de suivre une formation de quatre semaines à l'Insead, grande école de commerce basée à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Une «école d'humilité» et «de l'anticonformisme».

Il fustige la «paresse intellectuelle» des politiques

Et de ce nouveau point de vue, son ancien milieu, il le trouve résolument «coupé du réel». «La politique, elle ne se rend plus elle-même compte de l'institutionnalisation de sa propre arrogance, matrice fondamentale de la décision erronée ou fautive», sermonne-t-il dans sa tribune. Et de l'opposer à l'économie, qui «s'intéresse à la société et puise dans ses enseignements son efficacité».

Dans son texte, Montebourg va jusqu'à vanter les dirigeants d'entreprises qui se nourrissent de sciences («anthropologie, philosophie, économie, sociologie, éthologie, psychologie»), contrairement aux responsables politiques qui, tout à leur «paresse intellectuelle», «cultivent parfois avec obstination leur inculture».

Gare ! Ce n'est pas parce que le Montebourg nouveau est arrivé qu'il a renoncé à toute ambition. En août 2013, il avait ainsi détaillé son plan de bataille : «Après le ministère, j'arrête la politique, en tout cas comme une carrière. La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 28 nov 2014 à 16:00

    Manque pas de culot celui la je crois l'avoir entendu à Florange et après son départ du gouvernement il aurait du la fermer à ce moment là

  • miez1804 le vendredi 28 nov 2014 à 15:21

    Dans deux mois il va prendre la carte d'ad.er.ent FN