L'entraîneur montois Stéphane Prosper y croit encore

le
0

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Stéphane Prosper, entraîneur des lignes arrières de Mont-de-Marsan, dernier du Top 14 avec 13 points de retard sur le premier non relégable, Agen, croit aux chances de son équipe de se sauver en cas de succès samedi face à Bordeaux-Bègles.

Avec huit défaites et un seul point de bonus en huit rencontres de Top 14, les Landais ne pourraient rêver meilleure occasion de lancer enfin leur saison face à l'avant-dernier, qui compte dix points d'avance sur eux.

"Le championnat n'est pas plié pour nous. Il faut arriver à accrocher une victoire qui permettrait d'enclencher une dynamique positive", assure Stéphane Prosper dans une interview à l'agence Reuters.

"Après, on verra car je sais que ce groupe quand il s'accroche à quelque chose, il ne le lâche pas. Et ce match face à Bordeaux-Bègles peut être l'occasion.

Et en cas de défaite ? "Je préfère ne pas y penser...", répond immédiatement l'ancien ouvreur d'Agen.

Pour autant, Stéphane Prosper ne prend pas son adversaire à la légère.

"Il n'y a pas de petites équipes et on se prépare de la même façon que pour les autres. On sait, que montant de ProD2 la saison passée, elle a su très vite s'adapter au Top 14 et à réussi se maintenir", dit-il.

"On a vu aussi qu'elle a fait de très bons matches depuis le début de saison. On s'attend à un match très rude.

Stéphane Prosper juge que Bordeaux-Bègles a "une équipe à laquelle on ressemble dans le style de jeu".

"On dit que notre équipe est joueuse mais notre projet de jeu c'est l'alternance, à la fois le jeu déployé, le jeu pénétrant et le jeu de pression. Ensuite, on doit s'adapter à l'adversaire", précise-t-il.

Si les Montois ont perdu tous leurs matches cette saison, ils ont parfois fait bonne figure devant des gros du championnat, à Toulouse (27-22), face à Clermont (14-6), et seul l'autre promu, Grenoble, les a écrasés (52-7).

"LA DISCIPLINE EST CAPITALE"

Les deux premiers matchs du Challenge européen ont été perdus contre Gloucester (11-6) et les London Irish (69-26), mais le Stade Montois les a utilisés pour "envoyer nos meilleurs jeunes dans un contexte de haut niveau alors que nous avons une formation intéressante", souligne Stéphane Prosper.

Juste avant, Mont-de-Marsan avait pris son premier point en Top 14, un point de bonus défensif face au Stade Français à l'issue d'un match perdu 30-28 qui a laissé beaucoup de regrets dans les Landes.

"La deuxième mi-temps de ce match est à citer en exemple de ce qu'on doit faire. Même si on n'a pas été récompensés", analyse Stéphane Prosper.

"L'équipe progresse. Ça ne se traduit pas dans les résultats mais dans le contenu. Il nous manque encore des minutes de jeu pour être plus cohérents, pour avoir plus de maitrise, pour se mettre moins à la faute, être plus disciplinés".

Car la discipline est un des points faibles de cette équipe.

"Nous manquons d'expérience. On ne maitrise pas assez notre sujet. Nos secteurs défaillants, on les retrouve dans la discipline, pas par le nombre de fautes puisqu'on est à une moyenne de 11 par match alors qu'on s'était donné pour objectif de ne pas dépasser les 10 de moyenne, mais c'est par rapport au nombre de cartons jaunes", reconnaît l'entraîneur montois.

"La discipline est un secteur capital. C'est vrai que parfois on a le sentiment qu'on ne nous pardonne rien parce qu'on est le petit qui monte de ProD2. Bien sûr, les fautes sont là mais méritent-elles toutes des cartons jaunes ? Cela dit, il ne faut pas se cacher derrière ça".

Face à l'avant-dernier du Top 14, la question ne devrait plus se poser samedi, d'autant que le sifflet sera confié à Romain Poite, élu meilleur arbitre du Top 14 lors des deux dernières saisons.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant