L'entourage de Bouteflika éclaboussé par les affaires

le
0
Les proches du président algérien dénoncent une instrumentalisation de la justice par l'armée, avant la présidentielle de 2014.

Des perquisitions spectaculaires au domicile de Chakib Khelil, le ministre de l'Énergie, qui fut pendant dix ans l'un des hommes les plus puissants d'Algérie et que les rumeurs disent en fuite à l'étranger. Un cambriolage dans les bureaux du tribunal d'Alger. Et des enquêtes en Italie, au Canada, aux États-Unis, sur de douteuses passations de marchés.

Les scandales de corruption n'en finissent plus d'éclabousser le groupe pétrolier Sonatrach, première entreprise d'Afrique, source de 98 % des recettes d'exportations de l'Algérie. Et par ricochet, l'entourage du président Bouteflika. Avec l'ouverture en Italie, début février, d'une enquête par le parquet de Milan sur l'éventuel versement de 197 millions de dollars de pots-de-vin par le géant énergétique ENI à des responsables algériens en échange de contrats, c'est toute «l'affai...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant