L'enseigne H&M accusée de brûler des tonnes de vêtements invendus

le , mis à jour à 18:05
0
L'enseigne H&M accusée de brûler des tonnes de vêtements invendus
L'enseigne H&M accusée de brûler des tonnes de vêtements invendus

Les méthodes de H&M sous le feu des critiques. Selon des journalistes danois qui ont mené l'enquête, l'enseigne suédoise de prêt-à-porter aurait brûlé au Danemark 60 tonnes de vêtements invendus depuis 2013. Soit 12 tonnes par an.

Ces pratiques ont été révélées dans l'émission de télévision «Opération X», à la mi-octobre, puis relayées en France par Le Figaro ce mardi. Grâce à une enquête entamée en juin, les journalistes danois ont pu remonter jusqu'à la société d'élimination de déchets responsable de l'incinération des vêtements de H&M. Ils ont ainsi découvert, entre autres produits, 30 000 pantalons de cow-boy pour enfants et de couleur bleu foncé pour les femmes, pour un total de 1580 kilos d'habits, brûlés avec les étiquettes.

Des tests imprécis, selon H&M

Pourquoi réduire à l'état de poussière autant de produits certes invendus, mais apparemment en parfait état ? Balayant l'accusation de gaspillage, l'entreprise suédoise argue, dans un communiqué, de raisons de sécurité. «Envoyer nos produits à l'incinération est très rare, cela arrive uniquement quand ils ne satisfont pas aux règles de sécurité de l'entreprise», y répond H&M, qui cite les cas de «moisissures» et d'infraction aux règles de sécurité «chimique».

Selon les journalistes danois à l'origine de ces révélations, les tests effectués par des experts sur deux pantalons n'ont pourtant rien donné. Ils ne contenaient pas de produits chimiques à un niveau nocif ou de taux d'humidité anormal. H&M a, là encore, une explication : les tests conduits pour l'enquête étaient incomplets et imprécis, les experts ayant par exemple testé la présence de bactéries comme E-coli, et non de moisissure.

L'entreprise l'assure par ailleurs : ses invendus, quand ils ne sont pas dangereux pour le consommateur, sont donnés à des oeuvres de charité ou bien recyclés, lorsqu'ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant