L'enquête sur Volkswagen élargie au haut de gamme aux Etats-Unis

le
0

(RPT sans changement de cette dépêche transmise en début de nuit) par Patrick Rucker et Timothy Gardner WASHINGTON, 3 novembre (Reuters) - Les autorités américaines soupçonnent Volkswagen VOWG_p.DE d'avoir aussi utilisé des logiciels de manipulation des tests sur les émissions polluantes de ses moteurs diesels sur des grosses cylindrées et pas seulement sur des millions de véhicules de milieu de gamme. L'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a annoncé lundi qu'elle élargissait le champ de son enquête aux moteurs diesels V6 de 3,0 litres équipant notamment le Porsche Cayenne mais aussi certains modèles haut de gamme des marques Volkswagen et Audi. Son enquête, rendue publique le 18 septembre, portait jusque là sur des plus petites cylindrées. Volkswagen, qui a reconnu en septembre avoir installé un logiciel de manipulation sur 11 millions de véhicules à travers le monde, a contesté les nouvelles accusations portées lundi. Le constructeur allemand assure dans un communiqué qu'"aucun logiciel n'a été installé" sur ses moteurs diesels V6 3,0 litres "pour altérer les caractéristiques d'émissions de manière interdite". Volkswagen avait opposé pendant plus d'un an des démentis similaires aux autorités américaines avant de reconnaître en septembre avoir triché sur les émissions de ses moteurs quatre cylindres sur environ 482.000 véhicules aux Etats-Unis. Une source proche du groupe et informée de l'enquête de l'EPA a déclaré: "Nous voulons mieux savoir de la part des autorités réglementaires comment elles sont parvenues à cette conclusion. Nous ne sommes pas certains de la manière dont elles ont abouti à leurs conclusions et nous aimerions avoir une meilleure opportunité d'examiner les données avec les autorités réglementaires." Ce diesel V6 a été conçu par Audi et il est répandu dans les modèles haut de gamme vendus par les marques Volkswagen, Audi et Porsche depuis 2014. PORSCHE "SURPRIS" Audi et Porsche se retrouvent ainsi à leur tour au premier plan du scandale, qui concernait jusqu'à présent essentiellement la marque Volkswagen. L'élargissement de l'enquête américaine pourrait être source d'embarras pour Matthias Müller, le nouveau président du directoire du groupe nommé en remplacement de Martin Winterkorn, emporté par le scandale. Matthias Müller occupait auparavant les mêmes fonctions chez Porsche. L'EPA soupçonne le constructeur allemand d'avoir installé sur les modèles concernés des logiciels permettant de dissimuler lors des tests le fait que les émissions réelles d'oxydes d'azote (NOx) sont jusqu'à neuf fois supérieures aux seuils autorisés. "Ces dernières révélations soulèvent la question suivante: où s'arrêtera la route du mensonge de VW?", a réagi Fred Upton, président de la commission de l'Energie et du Commerce à la Chambre des représentants. D'après les autorités américaines, environ 10.000 véhicules de grosse cylindrée du groupe Volkswagen sont équipés du logiciel de manipulation. L'EPA précise toutefois qu'elle a uniquement désigné les modèles et les millésimes qu'elle a récemment testés. Or avant la commercialisation en 2014 du nouveau moteur V6 diesel testé par l'EPA, Volkswagen disait avoir vendu en 2013 plus de 1,6 million de moteurs V6 TDI 3,0 litres à travers le monde. Dans un communiqué distinct de celui de Volkswagen, Porsche s'est dit "surpris par cette information". "Jusqu'à cette annonce, l'ensemble de nos informations étaient que la Porsche Cayenne Diesel respecte pleinement les normes", dit Porsche. (avec Joel Schectman à Washington et Jonathan Gould à Francfort; Bertrand Boucey pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant