L'enquête sur le nuage de Tchernobyl en France est close

le
0
Le Pr Pellerin, accusé d'avoir menti sur l'ampleur de la contamination, a bénéficié d'un non-lieu. Les parties civiles annoncent se pourvoir en cassation.

Vingt-cinq ans après, la justice a tranché : la cour d'appel de Paris a prononcé mercredi un non-lieu à l'encontre du Professeur Pellerin, signant ainsi la fin de l'enquête sur l'impact du nuage de Tchernobyl en France. Une décision conforme aux réquisitions du parquet, qui estimait que les scientifiques n'avaient mis en évidence aucune conséquence sanitaire mesurable au moment des faits.

Pierre Pellerin, en 1986.
Pierre Pellerin, en 1986. Crédits photo : GABRIEL DUVAL/AFP

Sur le banc des accusés, un seul homme comparaissait : Pierre Pellerin, mis en examen en 2006 pour «tromperie aggravée», un délit passible de quatre ans d'emprisonnement et de 72.000 euros d'amende. À l'époque de la catastrophe nucléaire, au printemps 1986, l'ancien patron du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI) avait assuré dans divers communiqués que le nuage s'était arrêté à la frontière française. Il «ne menace actuellement personne, avait-il également assuré au journal t

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant