L'enquête sur le bizutage à Dauphine progresse

le
0
Selon l'un des avocats de la défense, l'étudiant connaissait le fonctionnement de l'association qui l'a agressée.

L'affaire de bizutage fait une nouvelle fois trembler le monde universitaire. Le 25 octobre dernier en pleine après-midi, un étudiant de 18 ans en première année de licence a été agressé, dans les locaux de l'université, lors d'une réunion de la «Japad» (Jeune association pour la promotion des activités à Dauphine).

Au cours de cette réunion très alcoolisée, un membre de l'association lui a gravé dans le dos les lettres «Japad» à l'aide d'une capsule de bouteille. Après les faits, le jeune étudiant est rentré chez lui dans un état physique et psychologique calamiteux. Le lendemain, il porte plainte. Une plainte transmise le 7 novembre au parquet qui a ensuite saisi le premier district de la Police Judiciaire. Aujourd'hui, de nouvelles révélations viennent rompre l'omerta qui règne sur l'affaire.

«Je sentais comme des piqûres»

Le procès-verbal de la victime relate ainsi des faits graves: «Ils m'ont dit d'enlever ma chemise, de baisser mon pantalon et de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant