L'enquête sur Lac-Mégantic met en cause les autorités canadiennes

le
0

LAC-MEGANTIC, Québec, 19 août (Reuters) - L'enquête sur la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, qui a fait 47 morts l'été dernier au Québec, met en lumière un défaut de contrôle de la part des autorités canadiennes et une insuffisante "culture de la sécurité" de la compagnie ferroviaire, a annoncé mardi le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST). Le convoi de la Montréal, Maine & Atlantic Railway (MMA) qui transportait du pétrole brut a déraillé dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013 près du centre de Lac-Mégantic, une localité d'environ 6.000 habitants. L'explosion et l'incendie qui ont suivi en ont fait l'une des pires catastrophes de l'histoire du transport ferroviaire en Amérique du Nord. Dans son rapport définitif publié mardi, le Bureau de la sécurité des transports du Canada dit avoir constaté que "la MMA avait une faible culture de la sécurité" et relève des problèmes concernant la formation de ses employés. Le BST estime aussi que Transports Canada, le ministère fédéral des Transports, n'a pas mené de vérifications "assez poussées ni assez fréquentes de la MMA" pour s'assurer que la compagnie, aujourd'hui insolvable, gérait efficacement les risques opérationnels. "Transports Canada était au courant de certains problèmes de la MMA mais il n'y a pas toujours eu de suivi. L'accent était mis sur l'existence de systèmes de gestion de la sécurité, et non pas sur leur respect ou leur efficacité", a déclaré lors d'une conférence de presse la présidente du BST, Wendy Tadros. A la lumière de la catastrophe, le BST préconise une amélioration de la sécurité ferroviaire au Canada, où, comme aux Etats-Unis, le transport d'hydrocarbures a progressé de manière exponentielle à mesure que se développait l'exploitation de nouveaux gisements. "Il faudra que les gouvernements, les compagnies ferroviaires et les expéditeurs fassent tout en leur pouvoir afin de s'assurer qu'un accident comme celui de Lac-Mégantic ne se reproduise plus", a souligné Tadros. Le BST recommande notamment un renforcement des systèmes de freinage et d'arrêt des trains. La catastrophe de Lac-Mégantic s'est en effet produite après que le mécanicien eut immobilisé le convoi pour la nuit sur une voie en descente. Les freins ont lâché et le convoi s'est emballé avant de sortir du chemin de fer et de finir sa course en pleine ville dans une explosion de feu. Le convoi, formé de 72 wagons-citernes tractés par cinq locomotives, transportait 7,7 millions de litres de pétrole brut depuis le Dakota du Nord, aux Etats-Unis, vers Saint-John, dans le Nouveau-Brunswick. (Allison Lampert avec David Ljunggren à Ottawa; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant