L'enquête sur l'espionnage à l'AEF est bouclée

le
0
Les services de police n'ont pas jugé nécessaire d'interroger Christine Ockrent, ce qui démontre que la directrice générale n'a rien à voir avec cette affaire, assure son avocat. Le rapport est sur le bureau du procureur de Nanterre.

Une étape non négligeable dans l'affaire de l'espionnage informatique des fichiers de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF) vient d'être franchie. La semaine dernière, la Brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information (Befti) a rendu son rapport au parquet de Nanterre en charge du dossier et clôt son enquête sur ce dossier.

À aucun moment de son investigation entamée en novembre dernier, les services de police n'ont éprouvé la nécessité d'entendre d'une quelconque manière l'une des personnalités les plus médiatiques de l'affaire : Christine Ockrent, directrice générale déléguée de l'AEF et de la chaîne d'info en continu France 24. Autrement dit, l'enquête menée n'aurait pas révélé une quelconque implication de cette dernière. « Il n'y a pas le moindre élément contre elle, affirme son avocat, Me Hervé Temime, cette affaire a lamentablement et scandaleusement été utilisée et orchestrée contre elle sans la moindre réalité

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant