« L'enjeu, c'est la nouvelle croissance »

le
0

A Matignon, vous avez beaucoup écouté les entreprises. Aujourd'hui, vous proposez un revenu décent pour tous, une protection sociale universelle, une France juste... C'est un virage à gauche ? Pourquoi découper par tranches une action cohérente ? Mon but a toujours été de créer de l'emploi et d'augmenter le pouvoir d'achat. En 2012, la situation de la France était catastrophique. Les entreprises n'étaient pas assez compétitives et leurs marges trop basses les empêchaient d'investir. Avec le CICE (NDLR : crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) en 2013, le pacte de responsabilité en 2014, nous avons fait des choix, je les assume. Dès 2014, j'ai engagé la baisse des impôts, car ils avaient trop progressé depuis 2010. Aujourd'hui, les bases sont assainies, la dette a été stabilisée. Le déclin industriel est stoppé, et plus de 240 000 emplois ont été créés en dix-huit mois. Il faut continuer à renforcer la compétitivité des entreprises -- poursuivre la baisse de l'impôt sur les sociétés, soutenir l'innovation. L'enjeu, c'est la croissance, la nouvelle croissance avec le numérique et la transition énergétique, tout en continuant, comme nous l'avons fait, de donner de nouveaux droits aux salariés. Quand vous parlez programme, vous insistez beaucoup sur le revenu décent et la défiscalisation des heures supplémentaires. Oui. Le revenu décent, c'est une allocation d'environ 800 EUR qui se substituera à la dizaine de minima sociaux existants. Elle sera ouverte à tous les adultes sous conditions de ressources. Elle bénéficiera aussi, c'est une nouveauté, aux jeunes de 18-25 ans, en fonction de leurs revenus. Ils auront ainsi un revenu d'autonomie. Quant aux heures sup, elles seront exonérées de cotisations sociales, ce qui veut dire une augmentation directe du salaire net. Et ces heures supplémentaires n'entreront pas dans le calcul de l'impôt sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant