L'énigme Baroin

le
0
Depuis son ministère à Bercy, il surveille l'évolution de la crise. Un poste qui permet à ce faux dilettante de se construire une image de présidentiable. Dans son dernier livre, Anne Fulda raconte l'homme et ses blessures.

(Nicolas Reitzaum/SIPA)
(Nicolas Reitzaum/SIPA)

Crise de l'euro, perte du triple A de la France par les agences de notation, application de la taxe Tobin sur les transactions financières... Les sujets d'actualité ne manquent pas, qui s'accumulent sur le bureau de François Baroin et placent le ministre de l'Économie sur le devant de la scène politique à moins de quatre mois de l'élection présidentielle. En prenant la succession de Christine Lagarde à Bercy, il se doutait bien que la tâche ne serait pas facile. Il n'imaginait pas qu'il allait se retrouver au c½ur d'une des tourmentes économiques les plus graves depuis la Seconde Guerre mondiale.

François Baroin a voulu ce poste. Il a mis toute son énergie dans la bataille qui l'a opposé à d'autres prétendants, livrant une nouvelle facette de sa personnalité. François le gentil s'est effacé au profit de Baroin le méchant. L'image de dilettante qui lui collait à la peau depuis ses débuts en politique a laissé la place à celle

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant