L'engouement des riches collectionneurs pour les animaux exotiques menace la biodiversité

le
0
La biodiversité est plus que jamais menacée dans le Golfe Persique
La biodiversité est plus que jamais menacée dans le Golfe Persique
L'engouement croissant des riches collectionneurs pour les espèces exotiques n'est pas sans danger pour ces dernières.

Déjà critiqués pour leur participation au réchauffement climatique, toute-puissance pétrolière oblige, les pays du Moyen-Orient ? qui, pour certains d'entre eux, ont tout de même commencé, assez timidement néanmoins, à prendre le pli de l'énergie durable - sont aussi dans le collimateur de plusieurs associations de protection de l'environnement en raison de la passivité de leur législation en matière de respect de la vie animale. Venus enquêter sur place, plus exactement au Yémen, nos confrères du Guardian mettent en avant l'engouement que suscitent les animaux exotiques dans les pays du Golfe auprès des riches collectionneurs.

De fait, le commerce est devenu de plus en plus lucratif, tandis que les espèces les plus demandées investissent des enceintes le plus souvent exiguës. Les lions, dont on a vu à plusieurs reprises qu'ils étaient désormais en danger en raison notamment de la destruction de leur habitat, sont les principales et les plus emblématiques victimes de ce phénomène, véritable dérive « bling-bling » aux conséquences bien réelles pour une biodiversité qui n'avait vraiment pas besoin de cela.

La majorité des espèces en captivité donnent des petits qui sont ensuite exportés vers l'Arabie Saoudite, frontalière du Yémen, avec lequel la frontière est, au moins par endroits, des plus « poreuses
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant