L'énergie intelligente décolle aussi à la maison

le
0
L'énergie intelligente décolle aussi à la maison
L'énergie intelligente décolle aussi à la maison

Piloter la consommation d'énergie de son logement depuis un smartphone ou une tablette: l'énergie "intelligente" émerge aussi à la maison, alors que le rachat de l'américain Nest par Google cette semaine a braqué les projecteurs sur ces nouveaux produits.Le géant du matériel électrique Schneider a lancé ce jeudi la commercialisation en France de sa gamme Wiser, une "box" centrale reliée sans fil à des accessoires qui permettent de piloter à sa guise ses radiateurs (électriques, et à eau chaude dès juin) et ses installations électriques, pièce par pièce et même en dehors de chez soi."L'énergie est partout, mais on a perdu son contrôle. L'idée, c'est de créer les manettes, les joysticks pour que l'ensemble des usagers sentent que +c'est moi qui contrôle+", résume Mathieu Lehanneur, le designer de Wiser.Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), un bon pilotage de son énergie permet de réduire sa facture de 10 à 25%. Schneider va jusqu'à 30%."Personne ne peut aller éteindre chaque appareil et chaque radiateur à chaque fois qu'il sort de chez lui, donc il s'agit de lui apporter les solutions simples pour le faire", résume Bruno Capdordy, le responsable du projet Wiser. Si les objectifs de Schneider restent modestes (10.000 clients à la fin de l'année, pour un équipement estimé entre 700 à 1.100 euros hors pose et subventions), le secteur bouillonne d'activité, bien avant le débarquement du compteur intelligent "Linky", qui doit débuter en 2015.Le japonais Toshiba a déjà lancé à l'automne dans l'Hexagone un système similaire à celui de Schneider, baptisé "Pluzzy". Quant au chauffagiste De Dietrich et le fabricant Somfy, ils viennent d'annoncer une alliance.Les acteurs historiques doivent aussi veiller à ne pas être pris de vitesse par de nouveaux venus.Les données, nouveau trésor?Fort de son succès dans les stations météo, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant