«L'encadrement des loyers est néfaste pour tout le monde!»

le
5

INTERVIEW - L'encadrement des loyers sera mis en application à Paris en juillet. Yann Jehanno, directeur exécutif du réseau Laforêt, explique pourquoi ce procédé est pénalisant pour le propriétaire comme pour le locataire.

Un véritable feuilleton, la loi Alur. Cette fois-ci, une date a été arrêtée pour le top départ de l'encadrement des loyers à Paris: début juillet 2015, selon le ministère du Logement. La pratique se limitera à la capitale, dans un premier temps, puisque l'Olap, l'observatoire chargé de définir les loyers de référence médians sur lesquels seront fondés les textes réglementaires, n'a pas demandé d'agrément pour la banlieue. Lille, elle, est candidate, mais son observatoire est seulement en cours d'agrément. Cette mesure phare de la loi Alur est très largement contestée par les professionnels de l'immobilier. Dont Yann Jehanno, directeur exécutif du réseau Laforêt, qui explique au Figaro Immobilier dans quelle mesure elle rend tout le monde perdant.

LE FIGARO IMMOBILIER.- L'encadrement des loyers va-t-il vraiment pénaliser le propriétaire? N'en fait-on pas un peu trop?

Yann Jehanno. - non, on envoit des signaux très néfastes aux propriétaires français. Cet encadrement rompt la liberté des loyers et empêche les propriétaires d'ajuster eux-mêmes leurs loyers. Cela entrave la liberté même de l'économie, et cela refroidit les investisseurs qui vont de plus en plus se détourner de l'immobilier...

Si le propriétaire est perdant, j'imagine que c'est le locataire qui est gagnant...

Détrompez-vous. Il est déjà difficile pour un locataire de trouver un logement - surtout à Paris - et l'encadrement des loyers va encore compliquer les choses. Il y aura encore moins de logements dans le parc locatif. Si gagnants il y a, cela sera sur les grandes surfaces, où certains loyers pourraient être atténués... Mais l'encadrement des loyers, c'est aussi la fin programmée des «bons plans»!

Qu'entendez-vous par «bon plan»?

Il n'y a pas que des «mauvais» propriétaires qui cherchent forcément à fixer le loyer le plus haut possible. Il y en a aussi qui ont des loyers inférieurs aux prix du marché. Avec l'encadrement des loyers, ces derniers vont prendre conscience qu'ils sont trop bas et pourront s'aligner.

L'encadrement des loyers a déjà été testé à plusieurs reprises en France. 1914, 1982... Sans succès. Pourquoi insister?

Parce qu'il y a une véritable amnésie de l'échec concernant l'encadrement des loyers! C'est incompréhensible et c'est une erreur historique. Réguler le marché de cette manière est une mauvaise chose.

Comment expliquer que cela marche dans certains pays comme l'Allemagne?

Parce que le marché est complètement différent. En France, il y a 60% de propriétaires. L'Allemagne en compte à peine 50%. Et elle a un marché locatif fluide, où l'offre et la demande s'accordent. Notre marché de l'immobilier n'est pas adapté à l'encadrement des loyers, et cela a déjà été prouvé plusieurs fois par le passé.

Ce système est pour l'instant limité à Paris. Que se passerait-il s'il se répandait dans d'autres villes françaises?

Cela aurait les mêmes conséquences qu'à Paris. À savoir un marché immobilier ultra régulé, qui inciterait de nombreux bailleurs et investisseurs à fuir. Cela signifierait aussi un possible retour d'un marché «gris» pour trouver un logement. Je le répète: l'encadrement des loyers est néfaste pour tout le monde.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • podolo le jeudi 26 mar 2015 à 06:35

    Ah les professionnels de l'immo. Ils réclament un marché libre quand on parle des tarifs, mais vont pleurer toutes les semaines pour obtenir des aides de l'état pour relancer le marché.

  • b.renie le jeudi 26 mar 2015 à 05:41

    La libération des contraintes mises par les socialistes afin de relancer la construction est le seul chemin pour aboutir à une baisse des loyers finalement après une hausse naturelle pour relancer l'intérêt des investisseurs

  • pelochon le jeudi 26 mar 2015 à 00:12

    c'est évident que c'est une débilité profonde. Et il faut arrêter de comparer des choux avec des carottes. L'Allemagne a une histoire et un marché totalement différents. Ou alors allons jusqu'au bout de la compraison, en incluant par exemple le nombre de fonctionnaires et de politiques par 1000 habitants. Sûr que si on avait le même nombre qu'en Allemagne, le déficit public dégonflerait fissa. Idem pour l'apprentissage, et tant d'autres domaines. Ces socialos sont des communards frustrés.

  • paspil le mercredi 25 mar 2015 à 23:10

    Si gagnants il y a, cela sera sur les grandes surfaces l’encadrement des loyers, c’est aussi la fin programmée des «bons plans»! pour moi cela ressemble à 2 gros mensonges ...

  • crcri87 le mercredi 25 mar 2015 à 20:27

    Mais ils n'ont qu'à rétablir le loyer scientifique ,la surface corrigée et la loi de 1948 !!Typiquement socialiste dont le bréviaire est la peréquation et la règle de trois ( les 35 heures )