L'En Avant y croit toujours !

le
0
L'En Avant y croit toujours !
L'En Avant y croit toujours !

Guingamp aura payé un début de match cata contre la Fio pour finir avec une défaite (2-1) qui laisse un goût d'inachevé. Les hommes de Gourvennec joueront leur qualification à Salonique.
Guingamp - Fiorentina
(1-2)

C. Beauvue (45') pour Guingamp , M. Marin (6'), K. Babacar (12') pour Fiorentina.


A l'image, toutes proportions gardées, d'un Borussia Dortmund schizophrène, étincelant en C1 - jusqu'à mercredi soir - mais à la rue en Bundesliga, Guingamp compte sur cette réception de la Viola pour faire rêver ses supporters et, l'instant d'un match, oublier le calvaire d'une 19e place en championnat. Manque de pot, l'En Avant se tire deux balles dans le pied dès les premières minutes de jeu. Un retard insurmontable contre une Fiorentina solide, malgré les nombreux changements.
Une double peine à la relance
Même si un seul joueur de l'équipe victorieuse le week-end dernier à Vérone est reconduit par Vincenzo Montella, les ambitions de la Fio n'ont pas évolué. Le point du match nul qui permettrait aux coéquipiers de Marko Marin d'être officiellement qualifiés pour les seizièmes de finale n'est dans aucune tête et les Florentins attaquent fort d'entrée. L'attaquant allemand est d'ailleurs dans tous les bons coups. Il profite d'abord d'un brillant service d'Aquilani après une mauvaise relance guingampaise pour punir la naïveté des locaux. Puis, presque dans la foulée, il oriente le jeu pour Vargas qui sert à son tour parfaitement Babacar et contraint Jonas Lössl à récupérer une nouvelle fois le cuir dans ses filets. Dans un Roudourou pas entièrement rempli mais bien chaud, l'En Avant vient d'être doublement refroidi en à peine un quart d'heure. Pas résignés pour autant, les Bretons vont réussir à inverser la tendance. Un siège devant la surface de la Fiorentina s'installe. Par deux fois, Mustapha Diallo se troue face aux buts, avant qu'un coup de casque de Claudio Beauvue n'échappe de quelques centimètres à la lucarne gauche de Tatarusanu. Les efforts costarmoricains seront enfin récompensés juste avant la mi-temps. Sylvain Marveaux s'infiltre dans la défense à 3 de la Viola avant d'être légèrement déstabilisé près du point de pénalty par José María Basanta. La faute n'est...








Guingamp - Fiorentina
(1-2)

C. Beauvue (45') pour Guingamp , M. Marin (6'), K. Babacar (12') pour Fiorentina.


A l'image, toutes proportions gardées, d'un Borussia Dortmund schizophrène, étincelant en C1 - jusqu'à mercredi soir - mais à la rue en Bundesliga, Guingamp compte sur cette réception de la Viola pour faire rêver ses supporters et, l'instant d'un match, oublier le calvaire d'une 19e place en championnat. Manque de pot, l'En Avant se tire deux balles dans le pied dès les premières minutes de jeu. Un retard insurmontable contre une Fiorentina solide, malgré les nombreux changements.
Une double peine à la relance
Même si un seul joueur de l'équipe victorieuse le week-end dernier à Vérone est reconduit par Vincenzo Montella, les ambitions de la Fio n'ont pas évolué. Le point du match nul qui permettrait aux coéquipiers de Marko Marin d'être officiellement qualifiés pour les seizièmes de finale n'est dans aucune tête et les Florentins attaquent fort d'entrée. L'attaquant allemand est d'ailleurs dans tous les bons coups. Il profite d'abord d'un brillant service d'Aquilani après une mauvaise relance guingampaise pour punir la naïveté des locaux. Puis, presque dans la foulée, il oriente le jeu pour Vargas qui sert à son tour parfaitement Babacar et contraint Jonas Lössl à récupérer une nouvelle fois le cuir dans ses filets. Dans un Roudourou pas entièrement rempli mais bien chaud, l'En Avant vient d'être doublement refroidi en à peine un quart d'heure. Pas résignés pour autant, les Bretons vont réussir à inverser la tendance. Un siège devant la surface de la Fiorentina s'installe. Par deux fois, Mustapha Diallo se troue face aux buts, avant qu'un coup de casque de Claudio Beauvue n'échappe de quelques centimètres à la lucarne gauche de Tatarusanu. Les efforts costarmoricains seront enfin récompensés juste avant la mi-temps. Sylvain Marveaux s'infiltre dans la défense à 3 de la Viola avant d'être légèrement déstabilisé près du point de pénalty par José María Basanta. La faute n'est...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant