L'En Avant Gourvennec

le
0
L'En Avant Gourvennec
L'En Avant Gourvennec

Guingamp ne serait qu'une nouvelle incarnation du village gaulois qui résiste à l'envahisseur ? C'est, hélas, faux.

Derrière le mythe guingampais, qui actualise un récit convenu, celui de la victoire rafraîchissante du petit sur le grand, se cache un homme qui a d'autres aspirations que de réactiver des fantasmes populaires. Jocelyn Gourvennec, 42 ans, revendique des héritages bretonnants : "Gourcuff, Suaudeau et Denoueix", une ambition claire : "Mettre l'équipe en phase avec le public guingampais qui est exceptionnel". Et une histoire : celle d'un coach ex-joueur de première division qui a fait ses classes en DH, puis en National plutôt que de "réclamer une L1 de suite". En 2006, le soir de la finale de la Coupe du monde, Jocelyn Gourvennec met un terme à sa carrière sur une deuxième descente consécutive en National avec Clermont Foot après le SCO Angers l'année précédente. Deux ans plus tard, le voilà entraîneur de la Roche-Sur-Yon, en Division Honneur : "Je voulais avoir une expérience d'entraîneur général chez les amateurs, où tu touches à tout, plutôt que d'être un entraîneur spécialisé d'une équipe U15, U17. Tu rencontres les sponsors, tu gères un budget, des joueurs qui sont payés, une politique technique, des équipes de mômes jusqu'aux plus grands", justifie-t-il.

Joueur, Jocelyn Gouvennec a tout vécu : le statut d'espoir du foot français (Rennes, Nantes, Marseille), celui de paria (Rennes, Bastia), le chômage, le Nantes des nineties, Coco Suaudeau, l'OM des nineties, Rolland Courbis, la Ligue des champions, la finale de la Coupe de l'UEFA, quelques sélections chez les Espoirs avec les futurs champions du monde comme coéquipiers, mais aussi la Ligue 2 et deux descentes en National. "Je m'aperçois lorsque je regarde tout ce que j'ai vécu pendant mes 18 ans de carrière que j'ai tout connu. Je dis pas "J'ai tout connu, je suis blasé", hein ! J'ai tout connu : le très haut, le très bas." Il laissera un goût d'inachevé, l'image d'un joueur élégant et racé, d'un numéro 10 qui aurait pu, mais s'est arrêté en cours de route. "Je pense qu'il m'a manqué les cannes à un moment donné pour être plus fort physiquement, pour aller plus loin. Parce que le reste, je l'avais. Mais avec le recul, toutes ces expériences m'ont nourri pour donner le meilleur de ce que je n'ai jamais donné. Si je n'avais connu que le succès, je crois que j'aurais été moins bien armé pour faire ce métier d'entraîneur."



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant