L'emploi résiste en Allemagne et soutient la consommation

le
19
LE CHÔMAGE EN HAUSSE INATTENDUE EN ALLEMAGNE
LE CHÔMAGE EN HAUSSE INATTENDUE EN ALLEMAGNE

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - Le marché allemand du travail a confirmé sa résistance au mois de mars en dépit d'une hausse inattendue du nombre de demandeurs d'emploi, ce qui devrait soutenir la demande interne et le pouvoir d'achat à l'approche des négociations salariales annuelles.

Une situation susceptible de conforter la chancelière Angela Merkel, qui brigue un troisième mandat et fait la course en tête pour les élections législatives de septembre.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 13.000 à 2,935 millions, ajusté des variations saisonnières, alors que les économistes interrogés par Reuters attendaient une diminution de 4.000.

Il s'agit de la première hausse depuis quatre mois du nombre de demandeurs d'emploi qui retrouve ainsi son niveau du mois de décembre.

Le taux de chômage est quant à lui resté stable pour le sixième mois consécutif à 6,9%, proche de son niveau le plus bas depuis plus de 20 ans.

Le nombre de chômeurs brut, très suivi en Allemagne, reste au-dessus de trois millions, à 3,098 millions contre 3,156 millions en février, donnant un taux de chômage brut de 7,3% contre 7,4% respectivement.

Le responsable de l'Office du travail Frank-Jürgen Weise a souligné que "les conditions économiques des derniers mois avaient peu d'impact sur le marché de l'emploi, qui reste solide".

La résistance du marché de l'emploi est de bon augure pour la confiance des ménages et le pouvoir d'achat, relève Caroline Newhouse, économiste chez BNP Paribas.

Les ventes au détail ont d'ailleurs enregistré une légère hausse au mois de février par rapport à janvier, selon des données publiées par le Bureau fédéral de la statistique.

Elles augmenté de 0,4% en termes réels par rapport au mois précédent, après une hausse de 3,0% (chiffre révisé) en janvier.

Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une baisse de 1,0% après la forte progression du mois précédent.

HAUSSE DES SALAIRES

Les performances allemandes contrastent avec celles de la zone euro où le taux de chômage est orienté à la hausse dépassant les 25% de la population active dans certains pays comme l'Espagne et où la consommation des ménages est en berne.

Une croissance plus soutenue de la demande privée en Allemagne peut favoriser une reprise tirée par les exportations chez ses partenaires européens, note Caroline Newhouse, qui rappelle que près de 40% des importations allemandes proviennent de la zone euro.

La solidité du marché de l'emploi signifie aussi que les syndicats allemands vont aborder les négociations salariales annuelles du mois prochain en position favorable, ajoute Caroline Newhouse.

Elle rappelle que 800.000 fonctionnaires du secteur public ont d'ores et déjà obtenu une revalorisation de leur traitement de 5,6% sur deux ans avec une hausse initiale de 2,65% avec effet rétroactif au 1er janvier.

Le puissant syndicat IG Mettal, qui représente 3,7 millions de salariés, réclame une hausse de 5,5% des salaires au titre de 2013. A cela s'ajoute la perspective de la mise en place d'un salaire minimum au niveau fédéral après les élections législatives de septembre alors qu'un projet de loi dans ce sens soumis par les sociaux-démocrates a été approuvé par les députés allemands au début du mois.

Micelle Martin, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marc.vui le jeudi 28 mar 2013 à 13:22

    M58.... a toujours du mal avec la réalité!!

  • M5859377 le jeudi 28 mar 2013 à 13:18

    oui remort: mais ici la vérité est systématiquement occultée par une poignée d réacs vindicatifs

  • M5859377 le jeudi 28 mar 2013 à 13:16

    la encore m50, des ragots rien que des ragots, et les répéter à longeur de posts ne suffisara pas à convertir en vérités vos mensonges: le cout du travail ds l'industie est le mem en France et en allemagne (pas ds les services): or la puissance exportatrice de l' Allemagne c'est l'industrie; chercher donc ailleurs les causes du mauvais positionnement de l'industrie française...

  • y.remort le jeudi 28 mar 2013 à 12:56

    Le chômage allemand ne veut rien dire: des millions de femmes en âge de travailler ne peuvent s'inscrire sur les listes et celles qui ont des marmots galèrent pour les faire garder (pas de crèches, école maternelle qui finit à 13H) car tout est fait pour les dissuader de prendre le boulot des hommes... ça vous rappelle pas Vichy ?

  • M5062559 le jeudi 28 mar 2013 à 12:27

    la france crève de conservatismes et d'assistanat.

  • M5062559 le jeudi 28 mar 2013 à 12:26

    On veut continuer à ce que le travail ait un coût exorbitant en france et que les incapables de produire aient un niveau de vis décents sans travailler. ce serait peut être possible si on acceuillait pas toute la misère du monde et si on ne favorisait pas la naissance d'enfants en grand nombre dans des milieux incapables de les élever pour en faire des travailleurs normaux.

  • M5062559 le jeudi 28 mar 2013 à 12:21

    M585... tout doit être prétexte à ne rien changer en France. L'économie est étouffée par les contraintes sociales, fiscales, réglementaires, ... mais certains continuent à nier l'évidence. ceci dit si une majorité est maintenant critique contre Hollande, cela ne fait pas malheuresment une majorité pour des réformes de structure qui mettent les français devant leur devoir et non plus leur droit exorbitant.

  • lolonad le jeudi 28 mar 2013 à 12:14

    Pas de diversion ... Regardons ce qui se passe chez nous ... Merci hollande

  • nebraska le jeudi 28 mar 2013 à 12:10

    M585 "des études ont démontré que si l'Allemagne avait eu la meme démographie que la france depuis 2000 ils auraient le meme tx de chomage" Donc si ma tante en avait elle s'appelerait mon oncle. Attention aux raisonnements simplistes.

  • marc.vui le jeudi 28 mar 2013 à 11:35

    typique du gauchiste qui essaye de nier la réalité!!