L'émotion de l'"ours" François Chérèque avant son départ

le
3
FRANÇOIS CHÉRÈQUE ÉMU À L'IDÉE DE QUITTER LA TÊTE DE LA CFDT
FRANÇOIS CHÉRÈQUE ÉMU À L'IDÉE DE QUITTER LA TÊTE DE LA CFDT

PARIS (Reuters) - François Chérèque n'a pas caché son émotion, jeudi dans la cour de Matignon, à l'idée de quitter dans une semaine la tête de la CFDT qu'il dirige depuis dix ans.

Le secrétaire général de l'un des deux principaux syndicats de France est venu avec son successeur, Laurent Berger, discuter une dernière fois avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, du contenu du pacte de compétitivité dont sa centrale entend tirer des contreparties pour les salariés.

François Chérèque, 56 ans, laissera la tête de la CFDT jeudi prochain à Laurent Berger, 44 ans, lors d'une Assemblée générale au siège du syndicat dont il tient les rênes depuis 2002.

"Je ne me rends pas compte, je crois que je me rendrai compte dans une semaine", a-t-il dit à la presse. "Vendredi matin, j'aurai le plaisir de rester au lit mais je crains de ne pas avoir un sommeil très réparateur à ce moment-là".

Celui qui a commencé sa carrière comme éducateur spécialisé dans un hôpital avait l'oeil un peu humide à l'idée de fouler pour la dernière fois les pavés de la cour de Matignon en tant que secrétaire général.

"JE VOUDRAIS RENTRER DANS MA TANIÈRE"

"Je ressens beaucoup d'émotion. Je crains ce qui se passera jeudi. Je crains l'émotion, je suis un ours donc je voudrais vite rentrer dans ma tanière après...", a-t-il confié.

François Chérèque, comme son successeur, se sont félicités de la transition en douceur à la tête du syndicat, à la différence de ce qui se passe à la CGT, où Bernard Thibault doit céder sa place lors d'un congrès en mars 2013, ou bien ces jours-ci à l'UMP.

"J'ai une grande fierté, je suis content de la façon dont ça s'est passé avec Laurent, le soutien de toute l'organisation sur une transition qui se fait en douceur", a dit François Chérèque. "Cela se fait avec beaucoup de plaisir en plus, mais aussi un attachement aux militants et militantes de la CFDT".

Laurent Berger, qui travaille dans son ombre depuis des années, a souligné à son tour "la fierté des militants de la CFDT sur la façon dont ça se passe".

"On vit un moment particulier, et on le vit bien jusqu'au bout, dans un contexte difficile pour les salariés. C'est une bonne chose, ça veut dire que la CFDT est en forme", a-t-il dit.

Il s'est dit prêt en endosser l'habit de secrétaire général pour oeuvrer "dans la continuité".

"Il y aura un changement d'homme et donc un changement de style, mais la CFDT va rester elle-même et continuer à faire son travail pour les salariés", a-t-il conclu, tandis que François Chérèque regagnait sa voiture d'un pas lent en jetant un dernier regard aux bâtiments de pierre blonde de Matignon.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aligot le jeudi 22 nov 2012 à 15:52

    Il a toujours été une girouette , c'est vrai JODHY que c'est un syndicat de magouilles

  • cavalair le jeudi 22 nov 2012 à 12:35

    Il doit prendre un retraaite bien paye par le Patronat qui engraisse depuis toujours les syndicats pour avoir la paix sociale

  • JODHY le jeudi 22 nov 2012 à 11:56

    La CFDT un syndicat de maguouilles dans les régions notamment Languedoc Rousillon