L'émissaire de l'Onu sur le Proche-Orient s'avoue "découragé"

le
1

NATIONS UNIES, 26 mars (Reuters) - Les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés ont peut-être déjà supprimé la possibilité d'une solution à deux Etats pour résoudre le conflit israélo-palestinien, a estimé jeudi le coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Proche-Orient Robert Serry. Le diplomate néerlandais, qui quitte son poste au bout de sept ans avec, de son propre aveu, un sentiment de "découragement", a présenté son dernier rapport devant le Conseil de sécurité. Il a estimé que les "activités d'implantation illégales ne peuvent tout simplement pas se concilier avec l'objectif d'une solution négociée à deux Etats et pourraient avoir tué la possibilité même de parvenir à la paix sur le modèle de deux Etats pour deux peuples". "Honnêtement, je ne sais pas s'il est déjà trop tard", a-t-il dit. Robert Serry a estimé que les Palestiniens, s'ils tiennent leur promesse de cesser toute coopération en matière de sécurité avec les Israéliens, planteraient alors le "dernier clou dans le cercueil" des accords de paix intérimaires d'Oslo conclus au milieu des années 1990. Robert Serry sera remplacé par le Bulgare Nickolay Mladenov, ancien envoyé spécial de l'Onu en Irak. (Michelle Nichols; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le jeudi 26 mar 2015 à 21:34

    pour qu'il y ait deux états viables, il faut revenir aux frontières d'avant 1967.