L'éminence grise de Poutine sur la sellette

le
0
À 47 ans, Vladislav Sourkov est l'idéologue en chef du régime, un vice-premier ministre virtuel qui dicterait les programmes d'information des chaînes fédérales.

Son visage poupin de gendre idéal est à l'inverse de sa réputation, sulfureuse. Pour les militants russes des droits de l'homme, Vladislav Sourkov est un personnage machiavélique, concepteur et gardien d'un ordre politique autoritaire, méprisant les libertés publiques et asservissant les médias. Pour son principal protecteur, Vladimir Poutine, il est plutôt un conseiller efficace et dévoué, l'équivalent d'un Mazarin, non pas à la cour du Roi-Soleil, mais au royaume de l'Ombre. Ces comparaisons ne seraient pas pour déplaire au personnage. Lui-même, affirment ses proches, se considère comme «un génie méconnu».

À 47 ans, Vladislav Sourkov est, au sein de l'administration présidentielle, l'idéologue en chef du régime, un vice-premier ministre virtuel qui dicterait les programmes d'information des chaînes fédérales, méprisant d'autant plus les partis politiques qu'il les tient sous sa botte, construisant et défaisant des réputations. Avec un seul objectif: consol

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant