L'Élysée veut croire à une nouvelle donne avec Berlin

le
0
Hollande et Merkel doivent travailler à une «initiative» commune, pour relancer l'idée européenne.

François Hollande a rendu la politesse à Angela Merkel. En mai 2012, la chancelière allemande avait été la première à appeler le nouveau président socialiste, pour le féliciter. Dimanche, le chef de l'État a fait de même, au soir de la victoire de la «chérie de l'Allemagne», comme l'a baptisée le quotidien Berliner Morgenpost. Une popularité à faire pâlir d'envie le président français, qui vient d'atteindre son plus bas score (23 % de satisfaits, selon l'Ifop pour le JDD) depuis son élection, soit un point de plus que François Mitterrand qui reste, pour l'heure, le président le plus impopulaire de la Ve.

Dans l'entourage de François Hollande, on fait remarquer que le chef de l'État «n'a pas eu la maladresse» d'apporter son soutien au leader du SPD, Peer Steinbrück. Pendant la campagne présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy avait envisagé d'inviter Angela ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant