L'Élysée ne rouvrira pas le dossier des 35 heures

le
0
Les libéraux de l'UMP veulent en finir avec cette mesure emblématique de la gauche.

Nicolas Sarkozy ne tournera pas la page des 35 heures… parce qu'il estime l'avoir déjà fait. Il ne donnera donc pas suite à la proposition du président du groupe UMP au Sénat, Gérard Longuet, qui veut en finir pour de bon avec les 35 heures. Le message a été relayé par le nouveau secrétaire général du parti, Jean-François Copé qui veut «ouvrir ce débat sans tabou». «Nous sommes sur la ligne du ministre du Travail», Xavier Bertrand, fait-on savoir à l'Élysée. On rappelle aussi que ni le chef de l'État, à la télévision, ni le premier ministre, dans son discours de politique générale, n'ont inscrit les 35 heures au menu des réformes à venir. «Dans la pratique, les 35 heures n'existent plus», martèle un conseiller élyséen. «Les outils de la flexibilité sont à la disposition de ceux qui veulent les utiliser», ajoute un expert de la cellule sociale élyséenne. L'Élysée, en réalité, a créé une option, les heures supplémentair

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant