L'Elysée dément les rumeurs d'un remaniement imminent

le
0
L'ELYSÉE DÉMENT LES RUMEURS D'UN REMANIEMENT IMMINENT
L'ELYSÉE DÉMENT LES RUMEURS D'UN REMANIEMENT IMMINENT

PARIS (Reuters) - L'Elysée a catégoriquement démenti dimanche les rumeurs d'un remaniement imminent qui verrait Manuel Valls quitter Matignon à cinq mois de l'élection présidentielle de 2017 à laquelle le Premier ministre ne cache pas son envie de se présenter.

Selon les informations du Parisien, plusieurs ministres et fidèles du président ont été "ulcérés" par les déclarations du Premier ministre au Journal du Dimanche, où il n'a pas exclu de se présenter à la primaire de la gauche face à François Hollande.

Les proches du chef de l'Etat, qui doit dévoiler dans les tout prochains jours son intention de briguer ou non un nouveau mandat, le pressent de mettre fin "sans attendre" aux fonctions du Premier ministre à Matignon, écrit le quotidien.

Une réunion pourrait se tenir dès lundi à l'Elysée pour évoquer l'hypothèse d'un remaniement, précise Le Parisien sur son site internet.

Interrogé sur cette réunion et sur un scénario qui verrait Manuel Valls quitter Matignon pour être remplacé par l'actuel ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, comme l'écrit le quotidien, l'entourage de François Hollande a démenti catégoriquement.

"C'est totalement faux", a-t-on indiqué.

Contacté par Reuters, un proche de François Hollande a également assuré qu'il n'y aurait "pas de remaniement".

L'entourage de Bernard Cazeneuve a pour sa part catégoriquement démenti l'hypothèse de l'arrivée de ce dernier à Matignon.

Un déjeuner entre Manuel Valls et François Hollande figure, comme chaque semaine, sur l'agenda du chef de l'Etat pour la journée de lundi.

Invité dimanche soir sur France 2, l'ex-ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a estimé qu'une clarification s'imposait après le nouveau pas franchi par Manuel Valls dans la course à la présidentielle.

"Dans l'intérêt du pays, je pense que cela doit cesser", a dit le candidat à la primaire de la gauche. Manuel Valls "ne peut pas à la fois être Premier ministre et être candidat à la présidence de la République".

L'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a démissionné du gouvernement en août pour se consacrer à son mouvement politique "En Marche!" en vue de 2017, a jugé, également sur France 2, que la situation actuelle n'était "pas tenable" et que Manuel Valls était "allé trop loin".

(Elizabeth Pineau et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant