L'élimination des blaireaux contestée

le
0
L'élimination des blaireaux est recommandée dans certains départements car il peut transmettre la tuberculose aux bovins. Les associations de défense de l'environnement dénoncent un massacre inutile.

Tête blanche masquée de noir, le blaireau est un animal que l'on a fort peu de chance de croiser: il vit la nuit. Et pourtant la querelle qu'il suscite entre autorités locales, chasseurs et associations environnementales prend de l'ampleur.

Le blaireau est une espèce bouc émissaire, estiment certains défenseurs de la faune sauvage. Ils dénoncent un acharnement contre l'animal qui peut être chassé en France de mai à février autrement dit, «sur une période beaucoup plus longue que pour toutes les autres espèces», s'insurge Pierre Athanase, le président de l'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas). Selon les ONG, le blaireau devrait faire partie des espèces protégées comme c'est le cas dans certains autres pays européens d'autant plus qu'il n'appartient pas aux espèces considérées comme nuisibles pour l'agriculture notamment, même s'il se nourrit volontiers de graines de maïs lorsque celles-ci sont encore tendres.

Seulement voilà, aux yeux des

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant