L'électrosensibilité, un syndrome controversé

le
0
L'électrosensibilité, un syndrome controversé
L'électrosensibilité, un syndrome controversé

L'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ou "électrosensibilité" qui concernerait jusqu?à 2% de la population fait débat entre des scientifiques sceptiques et des patients qui s'estiment confortés par la justice qui a accordé une allocation de handicap à l'un des leurs.Q : Quels sont les principaux symptômes décrits par les personnes qui souffrent d'électrosensibilité ?R : Maux de tête, vomissements, picotements, troubles du sommeil, irritabilité, les symptômes peuvent être très variés et communs à de nombreuses autres maladies. Les personnes qui en souffrent les attribuent souvent aux antennes-relais, les portables, les téléphones sans fil ou le wifi et affirment qu'ils disparaissent lorsqu'ils ne sont plus en contact avec ces appareils. "Dans les cas les plus graves, ils sont obligés de partir de chez eux et aller vivre dans des campings cars ou des masures au milieu de rien" relève Sophie Pelletier, porte-parole des associations Electrosensibles de France et Priartem. C'est le cas de Martine Richard, une ancienne dramaturge et réalisatrice de documentaires qui vit aujourd'hui recluse dans les montagnes de l'Ariège et qui a obtenu en juillet dernier du tribunal du contentieux de l'incapacité de Toulouse le droit à une allocation pour adulte handicapé.Q : Sait-on ce qui provoque ces symptômes ?R : Non. L'électrosensibilité n'est pas officiellement reconnue comme maladie en France et fait l'objet de controverses entre experts, malades et associations écologistes. Ces dernières mettent en avant le principe de précaution et réclament la création de "zones blanches" ou "refuge" (sans ondes électromagnétiques) pour les électrosensibles.Dès 2005, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait reconnu l'existence de symptômes potentiellement graves, pouvant varier d'un individu à l'autre, mais elle estimait qu'il n'existait ni critères clairs pour un diagnostic, ni base ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant