L'électrique, ça branche les gros constructeurs

le , mis à jour à 06:16
0
L'électrique, ça branche les gros constructeurs
L'électrique, ça branche les gros constructeurs

C'est à Hongkong, dimanche, que commence la troisième saison de Formule E, le championnat de monoplaces 100 % électriques. En 2014, seuls le français Renault et l'indien Mahindra avaient répondu présent, en plus de Venturi, déjà adepte invétéré de l'électrique.

 

Depuis, les organisateurs ont démontré la crédibilité de ces courses sans pétrole et les autres constructeurs affluent. Après DS, qui s'est associé à l'équipe Virgin la saison passée, pas moins de trois constructeurs ont décidé de venir. Et pas des moindres ! Retiré de la F 1 il y a douze ans, Jaguar a créé sa propre équipe en partenariat avec Williams, alors qu'Audi — jusque-là spectateur attentif — se lance dans l'aventure. Une étape à laquelle se prépare BMW qui vient d'annoncer un partenariat technique avec l'équipe américaine Andretti. Même Mercedes, marque pourtant comblée par ses titres mondiaux en Formule 1, vient d'annoncer son intention de s'engager en 2018 !

 

Des tests pour le stockage d'énergie

 

Le championnat électrique est clairement devenu « the Place to Be », même pour les constructeurs qui ne vendent pas (encore) de véhicules électriques, comme DS et Jaguar. Mais qu'est-ce qui motive donc cet engouement ?

 

Un coût quinze fois inférieur à une saison de F 1 et des arrière-pensées marketing, bien sûr, mais la Formule E revêt aussi un enjeu technologique pour les constructeurs. Formule monotype lors de sa création, elle laisse de plus en plus de liberté aux concurrents pour développer leur technologie maison.

 

Depuis la saison passée, ils peuvent utiliser leur propre moteur, leur propre boîte de vitesses et — surtout — leur propre système de gestion de la batterie. De quoi mener de précieuses expérimentations pour les modèles électriques que tous préparent, comme l'explique Nick Rogers, le directeur de l'ingénierie de Jaguar : « Quel meilleur contexte que la Formule E peut-on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant