L'élection du président de la Fifa confirmée pour le 26/02

le
0

(Actualisé avec précisions, propositions de réformes, contexte) ZURICH, 20 octobre (Reuters) - L'élection du prochain président de la Fifa aura lieu comme prévu le 26 février, a décidé mardi le comité exécutif de la Fédération internationale de football, ébranlée depuis mai dernier par une vaste affaire de corruption. Cette annonce constitue un coup pour le président de l'UEFA Michel Platini. Un report de cette élection, dont la rumeur avait circulé, aurait donné plus de temps au Français pour faire appel de la suspension de 90 jours qui lui a été infligée et ensuite se positionner pour remplacer le président démissionnaire de la Fifa, Sepp Blatter. Sepp Blatter et Michel Platini ont tous les deux été suspendus par le comité d'éthique de la Fifa en raison de doutes sur la légalité d'un versement de deux millions de francs suisses (1,8 million d'euros) reçu par le second en 2011. ID:nL8N12J1BX L'élection du nouveau patron de la Fifa aura lieu lors d'un congrès extraordinaire de la fédération, le 26 février 2016 à Zurich, auquel participeront les 209 associations membres et lors duquel une réforme des statuts sera également votée, indique l'organisation sur Twitter. Le président de la Confédération asiatique de football, le cheikh Salman Ben Ibrahim al Khalifa, de Bahreïn, a fait savoir qu'il avait été "sollicité" pour se présenter à la présidence, mais a dit vouloir d'abord connaître l'avis des fédérations de football de la région avant de prendre sa décision. Le comité exécutif de la Fifa a "salué" les réformes en vue, qui prévoient notamment de fixer une limite à l'âge du président (74 ans) et au nombre de mandats qu'il peut exercer (12 ans au total). Il est également proposé que le comité exécutif soit remplacé par un nouveau Conseil. Ces propositions émanent du comité de réformes de la Fifa. Elles seront présentées en totalité lors du prochain comité exécutif en décembre. La réforme concernera aussi le code d'éthique de la Fifa et le traitement des dossiers litigieux. Actuellement, le comité d'éthique n'a pas le droit de nommer les personnes faisant l'objet d'une enquête même si l'affaire a été largement couverte par la presse. Seules les décisions définitives dans une affaire peuvent être rendues publiques. (Brenna Hughes Neghaiwi, Simon Evans et Brian Homewood; Jean-Stéphane Brosse et Danièle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant