L'élection du maire FN de Villers-Cotterêts pourrait être annulée

le
3
L'élection du maire FN de Villers-Cotterêts pourrait être annulée
L'élection du maire FN de Villers-Cotterêts pourrait être annulée

«C'est un sacré coup de tonnerre», commente (non sans gourmandise) un opposant local. «Je suis blindé, je suis en carbure de tungstène», rétorque Franck Briffaut, alors que le rapporteur public vient de recommander au conseil d'Etat l'annulation de l'élection du maire FN de Villers-Cotterêts (Aisne) en mars 2014.

Un gros caillou dans la chaussure de ce bon soldat du parti à la flamme, leader du FN dans l'Aisne, qui a conquis la ville d'Alexandre Dumas, avant de se faire élire conseiller départemental du canton un an plus tard. Une tache dans ce département modèle de la percée frontiste qui, après l'avoir gratifié de scores canons aux européennes de 2014 et aux départementales de mars dernier, permet au FN de rêver d'une victoire en Nord-Pas-de-Calais-Picardie aux régionales de décembre.

Tout est parti du recours déposé par deux habitants de Villers-Cotterêts. Selon ces derniers, Briffaut n'y réside pas, pas plus qu'il n'y paie d'impôts, comme le requiert pourtant la loi pour tout candidat à des fonctions municipales. En première instance, le 10 octobre dernier, le tribunal administratif d'Amiens avait rejeté leur plainte. Le rapporteur public vient au contraire de retenir que Franck Briffaut a déménagé en 2010, dans la commune voisine d'Haramont, et qu'il n'a depuis plus payé de taxes à Villers.

«Il a sciemment joué avec les limites de la loi»

«On va donner les éléments pour se défendre», avance le principal intéressé, joint par Leparisien.fr. Il le jure, tout est en règle. Sa résidence à Villers? Une chambre dans la maison de ses beaux-parents. «15m² sans commodités», pointent ses opposants. «Ils ne sont jamais venus, réplique le frontiste. C'est un lieu de travail, qui me permet d'être sur place et de faire des breaks.» Pour preuve de sa bonne foi, il précise avoir «déclaré par deux fois cette location aux services fiscaux».

«Franck Briffaut a sciemment joué avec les limites de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le samedi 18 avr 2015 à 18:00

    la location d'un garage, c'est une habitude des politicards, pour se présenter à une élection municipale; - le conseil d'Etat devrait s'en interresser

  • jean-648 le samedi 18 avr 2015 à 16:49

    La loi c'est la loi. Tu brûles un feu rouge cela te coûte 6 points. Tu tues l'amant de ta femme c'est 20 ans. Alors pourquoi un homme politique devrait être au dessus des lois ???

  • frk987 le samedi 18 avr 2015 à 16:29

    Bof ça vaut l'inscription électorale de FH à Tulle.......mais frais payés pour aller voter par le contribuable !!!!