L'eldorado chinois à l'honneur au salon du vin de Bordeaux

le
0
LA CHINE, UN MARCHÉ PORTEUR AU COEUR DES ATTENTIONS AU SALON DU VIN DE BORDEAUX
LA CHINE, UN MARCHÉ PORTEUR AU COEUR DES ATTENTIONS AU SALON DU VIN DE BORDEAUX

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Silence, on déguste. L'agression d'étudiants chinois en oenologie et la menace d'un conflit commercial entre la Chine et l'Union européenne n'ont pas réussi à ternir l'intérêt du salon du vin de Bordeaux pour le marché le plus prometteur du monde.

La filière viticole bordelaise, qui a créé Vinexpo, voit d'un bon oeil la présence accrue des professionnels chinois -entre 1.000 et 2.000 pendant la semaine de salon- et des exposants venus en nombre - 18 au total contre deux en 2011.

Certes, ils sont encore en minorité parmi les 2.400 exposants venus de 44 pays. Mais la Chine est le pays à conquérir, un marché potentiel en plein développement qui devrait devenir le deuxième au monde en valeur dès 2016 et les Chinois possèdent désormais une cinquantaine de châteaux dans le Bordelais.

Le climat des affaires a été troublé par l'agression de six étudiants chinois en ?nologie samedi en Gironde et par le conflit commercial entre l'UE et la Chine, qui menace de frapper les vins européens de surtaxes après la hausse des droits de douane européens sur les panneaux solaires venus de Chine.

Pour Robert Beynat, le directeur de Vinexpo, ces vicissitudes, sur lesquelles le monde du vin a été d'une grande discrétion toute la semaine, n'ont pas gâché la fête, d'autant plus que le vin est le deuxième poste derrière l'aéronautique dans la balance commerciale française.

"Les Chinois savent que le vin est un produit d'avenir, et qu'il faut faire du business", a-t-il dit.

ATTENTISME CHINOIS

Le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Georges Haushalter, a toutefois constaté que la menace d'une surtaxe sur les vins français "a déclenché de l'attentisme chez certains clients chinois".

"La France a la volonté de régler par la discussion les problèmes qui sont posés", a diplomatiquement déclaré le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, lors de l'inauguration du salon dimanche dernier.

Il a appelé les professionnels du vin à jouer la transparence, se disant persuadé qu'il n'y avait pas de risque de découvrir des aides qui seraient des "subventions directes aux exportations", contrairement aux accusations chinoises.

Et il a joint le geste à la parole en rendant visite dimanche à la jeune étudiante en oenologie blessée au visage dans l'agression "xénophobe" et "inqualifiable" de samedi, "qui porte atteinte à l'image de la France".

L'ambassade de Chine à Paris a condamné "l'attaque" et demandé aux autorités françaises de traduire ses auteurs devant la justice et de prendre des mesures pour assurer la sécurité des quelque 20.000 étudiants chinois en France.

Les trois auteurs présumés ont été arrêtés, mis en examen pour violence aggravée en réunion, avec arme et à caractère xénophobe et placés en détention provisoire.

Mais les affaires ont éclipsé ces événements à Bordeaux.

Une étude prospective Vinexpo/The IWSR prédit que la consommation des Chinois va croître de 40% entre 2012 et 2016, soit la plus forte progression du monde. Elle est actuellement de 1,4 litre par an et par habitant contre 52 litres en France.

La zone Asie-Pacifique concentre à elle seule 61,5% de la consommation mondiale de vins et spiritueux, avec une prévision de croissance 2012-2016 de 13,6%.

"VINEXPO IN BEIJING"

La Chine, qui est le premier client pour les vins de Bordeaux depuis trois ans, est devenue en 2012 la troisième destination pour les vins français avec un volume multiplié par 18 en cinq ans et une bouteille de vin importée sur deux est française, dont 79 millions pour le seul Bordelais.

Les investisseurs chinois ont également pris pied en nombre dans les vignes du Bordelais où ils ont acquis une cinquantaine de propriétés, parfois des grands crus.

Dernières ventes connues, celles au début du mois au groupe Goldin financial holdings limited basé à Hong Kong de trois grands châteaux appartenant à l'?nologue Michel Rolland, Le Bon Pasteur à Pomerol, le château Rolland-Mallet à Saint-Emilion et le château Bertineau Saint-Vincent en Lalande de Pomerol.

Il y a un an, le groupe public de l'alimentaire chinois Bright Food jetait son dévolu sur Diva Bordeaux, grand négociant spécialisé dans la vente de vins en Asie.

Le salon Vinexpo lui-même s'est tourné vers l'Asie en créant dès 1998 Vinexpo Asia Pacific à Hong Kong, dont la prochaine édition se déroulera en mai 2014.

Le succès est au rendez-vous puisqu'en 2012, 1.050 exposants originaires de 28 pays y avaient proposé une large gamme de vins et spiritueux aux 15.800 visiteurs professionnels venus de la zone Asie-Pacifique. Pour 2014, on voit encore plus grand.

Le poids de la Chine dans l'avenir de la filière fait que Vinexpo va innover en 2014 en créant également "Vinexpo in Beijing" les 2 et 3 juin, regroupant 200 exposants.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant