L'EI forme des combattants destinés à frapper en Europe-Le Drian

le
1

PARIS, 18 septembre (Reuters) - La France dispose d'éléments prouvant que l'Etat islamique dispose en Syrie de centres de formation de combattants étrangers destinés à frapper en Europe, et en France en particulier, déclare le ministre français de la Défense. Il s'agit d'une des raisons qui ont poussé la France à intervenir en Syrie, et plus seulement en Irak, avec des vols de reconnaissance visant à préparer des frappes, dit Jean-Yves Le Drian dans une interview au Monde daté de samedi. "Il y a une inflexion, mais pas un changement de doctrine", assure le ministre qui la justifie par trois raisons, dont la forte progression de l'EI, qui menace Alep (Nord), et "l'existence même des groupes liés l'Armée syrienne libre", qui ont pris les armes contre le régime de Bachar al Assad. "Cette progression va jusqu'à inquiéter l'axe Damas-Homs, sur la partie toujours tenue par les forces de Bachar al Assad. Si cette percée se produit, c'est le Liban qui sera menacé", dit-il. Parallèlement, de nombreux éléments "montrent qu'existent désormais des centres de formation des combattants étrangers non plus uniquement en vue de contribuer aux combats de Daech au Levant, mais pour intervenir en Europe, en France en particulier", ajoute Jean-Yves Le Drian. Il souligne enfin que le périmètre d'action des forces loyalistes à Bachar al Assad s'est réduit et qu'aujourd'hui, "frapper Daech ne signifie pas militairement favoriser Bachar". Jean-Yves Le Drian confirme que la France appuie légalement son opération sur l'article 51 de la Charte des Nations unies relatif à la légitime défense, et précise que l'aviation française frappera "tous ceux qui menacent la France" et pas exclusivement l'EI. Les opérations de renseignement sont menées en coordination avec les Etats-Unis, "mais nous avons une posture autonome dans le dispositif, hors de la coalition", ajoute Jean-Yves Le Drian, assurant que les avions ne sont pas sous commandement américain, à l'inverse de l'Irak où la France a intégré la coalition. Jean-Yves Le Drian dit partager l'analyse d'une montée en puissance russe autour de Tartous et de Lattaquié, villes situées sur la côte, au nord du Liban, visant à reconstituer une base aérienne au sud de Tartous et à renforcer les capacités portuaires russes. Il assure ne pas savoir si ce renforcement signifie une posture de prévention afin de préserver les intérêts russes dans l'hypothèse d'un effondrement de Bachar al Assad, d'une posture plus forte de soutien au régime, ou d'un moyen d'être en situation de force dans d'éventuelles discussions futures. (Gérard Bon, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le vendredi 18 sept 2015 à 12:24

    des futurs combattants , on en accueillent 200000 par an en France , on se demande pourquoi ces fous de dieu veulent venir à tout prix chez les mécréants d'ailleurs sinon pour s'y reproduire et convertir