L'EI bat en retraite dans le sud de la Syrie

le
1
    AMMAN, 30 mars (Reuters) - Le groupe Etat islamique (EI) a 
perdu d'importantes positions dans le sud de la Syrie ces deux 
dernières semaines face à l'avancée des rebelles de l'Armée 
syrienne libre (ASL). 
    Cette évolution du conflit, dit-on auprès des services de 
renseignement occidentaux, signifie que les djihadistes qui se 
verraient contraints de fuir leur bastion de Rakka, dans le 
Nord, dont la chute est jugée proche, ne pourraient plus trouver 
refuge dans le Sud, aux alentours de Damas, la capitale, et dans 
la vaste zone désertique aux confins de la Jordanie. 
    Les rebelles de l'ASL expliquent que leurs gains sur le 
terrain aux dépens des combattants de l'EI sont le fruit de cinq 
à six mois d'opérations secrètes et d'embuscades. 
    "De grandes portions de territoire sont tombées entre nos 
mains, ils (les djihadistes) ont été chassés au bout de seize 
jours de bataille", a déclaré Talas al Salameh, commandant 
d'Ossoud al Charkiya, la plus importante des composantes de 
l'ASL présentes dans ce secteur.   
    "Ils avaient coupé des routes et pris position dans 
d'anciennes bases de l'armée syrienne, avec d'importants moyens 
blindés. On a coupé les liens entre leurs différentes bases et 
ils ont alors commencé à battre en retraite" a-t-il expliqué. 
    La progression des combattants de l'ASL s'est faite dans une 
région peu densément peuplée, à partir de la ville de Bir 
Kassab, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Damas, 
jusq'aux frontières de l'Irak et de la Jordanie, un secteur 
désertique connu comme le Badia. 
    "Dans le cas de la chute de Rakka et de Mossoul (en Irak), 
où est-ce qu'ils iraient ? Ils viendraient ici. Alors, on a 
décidé de faire en sorte de les chasser de cette zone avant que 
d'autres n'y arrivent", a poursuivi le commandant Salameh, joint 
par téléphone d'Amman. 
    Saïd Seïf, le chef d'une autre faction de l'ASL, le groupe 
Chahid Ahmad al Abdo, a précisé que 250 km² avaient été repris à 
l'EI dans le Badia. 
 
 (Souleïman al Khalidi, Gilles Trequesser pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.