L'EI appelle à frapper l'Occident pendant le ramadan

le
0
    BAGDAD, 21 mai (Reuters) - L'organisation Etat islamique 
(EI) appelle ses partisans à frapper sur le territoire des 
Etats-Unis et en Europe pendant le ramadan, le mois du jeûne 
musulman qui commence début juin. 
    Dans un message audio diffusé samedi via Twitter et qui lui 
est attribué, Abou Mohamed al Adnani, porte-parole de l'EI, 
déclare que le ramadan est le "mois de la conquête" et appelle 
les partisans de l'organisation djihadiste à se préparer pour en 
faire "un mois de calamité pour les infidèles où qu'ils soient". 
    Ce message, qui n'a pas pu être authentifié, s'adresse 
"spécialement aux combattants et aux partisans du califat en 
Europe et en Amérique".  
    "La plus petite action que vous mènerez en leur coeur vaut 
mieux et nous aidera plus que ce que vous feriez si vous étiez 
avec nous", poursuit Adnani. "Si l'un de vous espère rejoindre 
l'Etat islamique, nous, nous souhaiterions être à votre place 
pour punir les croisés nuit et jour", ajoute-t-il. 
    Le groupe djihadiste, qui combat en Irak, en Syrie et en 
Libye, frappe aussi sur le sol européen et aux Etats-Unis. Il a 
notamment revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris et du 
22 mars à Bruxelles. 
    L'an dernier à pareille époque, Adnani avait déjà utilisé ce 
terme de "calamité" et exhorté les partisans à frapper durant le 
ramadan les chrétiens, les chiites et les "apostats sunnites" se 
battant avec les forces de la coalition mise en place par les 
Etats-Unis.  
    Il appelait aussi à de nouvelles conquêtes en Irak, en Syrie 
et en Libye et réclamait un soulèvement contre les "dirigeants 
tyranniques", notamment en Arabie saoudite.   
    Son message cette année ne fait aucune allusion à la 
destruction du vol MS804 de la compagnie EgyptAir qui effectuait 
la liaison entre Paris et Le Caire avec 66 personnes à son bord. 
L'Airbus A320 de la compagnie égyptienne a disparu des écrans 
radar dans la nuit de mercredi à jeudi. Des débris ont été 
retrouvés mais à ce stade de l'enquête, rien ne permet 
d'expliquer cette catastrophe aérienne.   
 
 (Maher Chmaytelli et Stephen Kalin; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant