L'EI a commis un crime de guerre à Palmyre, dit l'Unesco

le
0

BEYROUTH, 24 août (Reuters) - L'Unesco a dénoncé un crime de guerre au lendemain de la destruction du temple de Baal Shamin, dynamité dimanche par les djihadistes de l'Etat islamique dans la cité antique de Palmyre, en Syrie. "De tels actes constituent des crimes de guerre et leurs auteurs doivent en répondre", dit Irina Bokova, directrice générale de l'organisation, dans un communiqué. "L'art et l'architecture de Palmyre, qui se trouve au carrefour de plusieurs civilisations, sont des symboles de la complexité et de la richesse de l'identité et de l'histoire syriennes. "Les extrémistes cherchent à détruire cette diversité et cette richesse et j'appelle la communauté internationale à faire front contre ce nettoyage culturel obstiné", poursuit-elle. Irina Bokova condamne également le meurtre de Khaled Assaad, ancien directeur du site archéologique, que les djihadistes ont décapité la semaine dernière. Agé de 82 ans, il avait dirigé la conservation des ruines romaines de Palmyre pendant cinquante ans. Selon Maamoun Abdul Karim, directeur des Antiquités syriennes, le temple de Baal Shamin, un dieu phénicien, était l'un des plus importants du site de Palmyre, dont l'EI s'est emparé en mai et qui est classé au patrimoine mondial de l'Unesco. ID:nL5N10Y0UF (Sylvia Westall, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant