L'Egypte visée par le Sénat italien dans l'affaire Regeni

le
0
    ROME, 29 juin (Reuters) - Le Sénat italien a adopté mercredi 
un texte prévoyant de cesser de livrer au Caire des pièces de 
rechange pour ses avions de chasse F16 pour manifester son 
impatience devant l'absence de progrès dans l'enquête sur la 
mort de Giulio Regeni, un étudiant italien torturé et tué en 
Egypte en début d'année. 
    Rome a régulièrement protesté contre le manque 
d'empressement des autorités égyptiennes à retrouver les auteurs 
du meurtre du jeune homme et a rappelé en avril son ambassadeur 
pour consultations. 
    Le vote du Sénat est la première mesure de rétorsion 
commerciale décidée en Italie contre l'Egypte. Le texte a été 
adopté par 159 voix contre 55 après de très vifs débats. 
    L'étudiant italien de l'université de Cambridge a disparu le 
25 janvier et son corps torturé a été retrouvé dans un fossé le 
3 février. Il menait des recherches sur l'émergence de syndicats 
indépendants dans le pays et avait écrit des articles critiques 
du régime. 
    Des ONG ont accusé les services de sécurité d'être impliqués 
dans le meurtre du jeune homme de 28 ans et des sources proches 
de services de sécurité ont déclaré en avril à Reuters que 
Giulio Regeni avait été détenu par la police avant d'être 
transféré vers un bâtiment de la Sécurité intérieure. 
  
    Nicola Latorre, sénateur du Parti démocrate dont est issu le 
président du Conseil Matteo Renzi, a déclaré que le vote de la 
chambre haute du Parlement italien avait pour objectif de faire 
pression sur l'Egypte afin de favoriser "l'émergence de la 
vérité". 
    Certains parlementaires de centre droit ont en revanche fait 
valoir que le texte adopté au Sénat risquait de fragiliser les 
relations avec un "allié dans la lutte contre le terrorisme". 
 
 (Francesca Piscioneri,; Nicolas Delame pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant