L'Égypte veut croire au retour de ses touristes

le
0
Les touristes, notamment français, boudent l'Egypte par crainte des attentats.
Les touristes, notamment français, boudent l'Egypte par crainte des attentats.

Abou Simbel (Égypte), 23 octobre, à l'aube. Quelques centaines de personnes se sont massées devant le plus grand des deux temples érigés par le pharaon Ramsès II, au XIIIe siècle avant notre ère. Soudain, au lever du soleil, les rayons viennent frapper directement la statue du souverain, dans la chapelle intérieure, au bout d'une majestueuse enfilade de colonnes. Un phénomène grandiose qui ne se produit que deux fois par an, l'autre date étant le 23 février.

Les touristes boudent les pyramides

Il y a quelques années, la foule aurait été bien plus dense. « En 2010, il y avait près de 2 500 personnes pour venir vivre ce moment unique, dont beaucoup de touristes étrangers, constate Elhamy Elzayat, président de la Fédération égyptienne du tourisme. Aujourd'hui, il y avait surtout des Égyptiens. » En effet, depuis le Printemps arabe, les touristes boudent les pyramides et les splendeurs de la vallée du Nil. L'Égypte a accueilli 8,8 millions de visiteurs cette année, contre 44 millions il y a cinq ans. Les Français, autrefois grands consommateurs de croisières sur le Nil, sont l'une des principales sources de l'hémorragie : alors que les agences de voyages hexagonales vendaient 500 000 séjours par an en 2010, elles sont aujourd'hui à moins de 20 000? En cause, les inquiétudes face à la sécurité du pays. Le Sinaï, théâtre d'affrontements entre cellules terroristes et autorités égyptiennes, est classé zone...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant