L'Egypte se dote d'une loi sur la construction des églises

le
1
    LE CAIRE, 30 août (Reuters) - Le Parlement égyptien a adopté 
mardi une loi attendue de longue date par la communauté 
chrétienne copte qui simplifie légèrement les procédures pour 
construire ou rénover des églises, un sujet sensible qui a 
souvent dégénéré en violences intercommunautaires par le passé. 
    Les coptes, qui représenteraient environ 10% des quelque 90 
millions d'Égyptiens, se disent depuis longtemps victimes de 
discriminations, notamment en matière de lieux de culte. 
    La nouvelle loi, déjà à l'état de projet avant la chute de 
l'autocrate Hosni Moubarak en 2011, attribue aux gouverneurs de 
province (souvent d'anciens militaires) le pouvoir de délivrer 
des permis de construction ou de rénovation, domaine jusqu'alors 
réservé aux services de sécurité qui les refusaient la plupart 
du temps par crainte de troubles. 
    Des églises en construction ou des bâtiments transformés en 
églises par la communauté copte ont régulièrement été la cible 
d'attaques d'islamistes armés ou d'habitants musulmans des 
villes concernées, notamment dans les régions rurales de 
Moyenne-Egypte où les chrétiens sont nombreux. 
    L'Eglise copte orthodoxe a salué dans la nouvelle loi un pas 
dans la bonne direction mais certains députés chrétiens et les 
organisations de défense des droits de l'homme ont déploré que 
l'Etat n'ait pas plutôt opté pour une loi unique pour l'ensemble 
des lieux de culte. 
    La construction des mosquées est en effet régie par une loi 
de 2001 beaucoup moins restrictive, puisqu'elle pose comme seule 
condition la propriété du terrain et le respect des normes de 
construction. 
    A l'inverse, la nouvelle loi stipule que la taille d'une 
église doit être proportionnelle au nombre de chrétiens dans la 
région - ce qui pose problème vu qu'il n'y a pas de statistique 
officielle en la matière et que les coptes estiment leur nombre 
sous-évalué. 
    Plusieurs députés coptes avaient demandé le retrait de ce 
point du projet de loi, mais il a été maintenu. 
    "La nouvelle loi est une loi confessionnelle qui traduit la 
préférence de l'Etat pour les adeptes d'une religion par rapport 
à une autre", a déclaré à Reuters Ichak Ibrahim, de l'Initiative 
égyptienne pour les droits personnels (EIPR). 
    "Une loi unique aurait montré que l'Etat protège les droits 
de tous ces citoyens de manière égale. Cela aurait envoyé un 
message fort aux extrémistes", a-t-il ajouté.    
     
 
 (Ahmed Aboulenein et Mohamed Abdellah; Tangi Salaün pour le 
service français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 3 mois

    Pourquoi caummunauté Copte ?...Ils étaient là bien avant les Muz$...