L'Egypte laisse flotter sa monnaie et relève ses taux

le
0
    LE CAIRE, 3 novembre (Reuters) - La banque centrale 
égyptienne a annoncé jeudi qu'elle laissait flotter la livre 
après l'avoir dévalué de 32,3%, une mesure radicale adoptée pour 
tenter de mettre fin à la pénurie de devises qui affecte 
l'économie depuis plusieurs années et a provoqué de fortes 
turbulences ces dernières semaines. 
    Le taux de change de la livre égyptienne était fixé à 8,8 
pour un dollar depuis mars mais la pénurie de dollars due, entre 
autres, à la chute de l'activité touristique et à la 
désaffection des investisseurs étrangers pour le pays, 
provoquait des tensions croissantes.  
    La banque centrale avait rationné le billet vert et imposé 
des mesures strictes de contrôle des changes tout en maintenant 
la livre à un niveau artificiellement élevé, ce qui pénalisait 
les échanges alors que le pays est très dépendant des 
importations.  
    La chute de la livre sur le marché noir, à 18 pour un dollar 
en début de semaine, avait conduit les investisseurs à cesser 
d'acheter des dollars. Le taux officieux est remonté à 13 pour 
un dollar mercredi soir, ce qui a fourni à la banque centrale 
une occasion de dévaluer. 
    Mais au-delà de cette dévaluation, l'institution a choisi de 
laisser la livre flotter librement, allant ainsi plus loin que 
ce qu'attendaient les milieux bancaires. Elle a simultanément 
relevé ses taux d'intérêt de 300 points de base pour soutenir la 
monnaie. 
     
    LA BOURSE DU CAIRE EN FORTE HAUSSE 
    "Ces décisions permettront à la dynamique de l'offre et de 
la demande sur le marché de fonctionner efficacement afin de 
permettre un approvisionnement fiable et régulier en devises 
étrangères", a déclaré la banque centrale dans un communiqué.  
    La Bourse du Caire a salué la nouvelle et l'indice EGX 30 
gagnait 3,79%  .EGX30  vers 10h20 GMT. 
    Alors que le déficit budgétaire a atteint 12% du produit 
intérieur brut (PIB) sur l'exercice 2015-2016, l'Egypte a conclu 
en août un accord préliminaire avec le Fonds monétaire 
international (FMI) sur un prêt de 12 milliards de dollars sur 
trois ans, censé favoriser la mise en oeuvre d'un plan de 
réformes.  
    Une dévaluation de la livre et l'abandon de son arrimage au 
dollar étaient attendus depuis, certains économistes estimant 
qu'ils pourraient favoriser le retour de milliards de dollars 
d'investissements étrangers. 
    "La remise à zéro de l'équation économique égyptienne a 
enfin commencé, mais le gouvernement a encore beaucoup à faire 
pour réformer l'économie", a commenté Angus Blair, directeur de 
Pharos Holding, une société de services financiers au Caire.  
    Des banquiers ont dit à Reuters avoir été informés du fait 
que la banque centrale fixerait un taux initial de 13 livres 
égyptiennes pour un dollar lors de l'adjudication de devises 
prévue à 13h00 heure locale (11h00 GMT), et que les banques 
pourraient dans un premier temps traiter la livre dans une 
fourchette de plus ou moins 10% autour du nouveau taux pivot.  
    Cette fourchette de fluctuation sera supprimée après 
l'adjudication, précise une note de la banque centrale envoyée 
aux banques et dont Reuters a eu connaissance. 
     
 
 (Lin Noueihed et Asma Alsharif; Claude Chendjou pour le service 
français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux