L'Egypte et l'Arabie saoudite intéressées par le rachat des Mistral

le , mis à jour à 13:27
0
L'Egypte et l'Arabie saoudite intéressées par le rachat des Mistral
L'Egypte et l'Arabie saoudite intéressées par le rachat des Mistral

Les deux navires Mistral qui mouillent dans le port de Saint-Nazaire ne seront pas vendus aux Russes, «punis» pour leur ingérence en Ukraine. Seulement la France se retrouve maintenant avec deux bâtiments militaires sur les bras qu'elle n'a ni les moyens, ni la volonté d'acheter pour sa propre marine. Il faut donc trouver rapidement un pays acheteur. L'Egypte et l'Arabie saoudite seraient intéressées selon des informations du journal le Monde.

Le quotidien cite une source diplomatique officielle : « L’Egypte et l’Arabie saoudite sont prêts à tout pour acheter les deux Mistral (...) Le roi Salman d’Arabie saoudite veut constituer une flotte digne de ce nom en Egypte, qui pourrait avoir une force de projection régionale, en mer Rouge et en Méditerranée ».

Une volonté qui semble cohérente de la part des deux pays après l'accord de coopération sécuritaire et économique signé le 30 juillet dernier entre le prince saoudien Mohamad Bel Salman et le président égyptien Abdelfattah Al-Sissi, prélude à la mise en place d'une force arabe commune.

L'Egypte est d'ailleurs déjà client de la France en matière de défense. En février dernier, la vente à l'Egypte de 24 rafales et d'une frégate multimission Fremm avait été finalisée.

VIDEO. Navires Mistral : la France doit trouver un acheteur

«Aucune difficulté pour trouver preneur»

Sans donner de détails sur les potentiels acheteurs, François Hollande a assuré jeudi que les deux navires Mistral «suscitent une certaine demande de la part de beaucoup de pays, et il n'y aura aucune difficulté pour trouver preneur». Jean-Yves le Drian, le ministre de la Défense, va encore plus loin, tout en restant vague : «un certain nombre de pays, ils sont nombreux, ont fait connaître leur intérêt pour ces bateaux».

Jeudi, selon plusieurs sources, on estimait que quelques pays avaient fait part de leur intérêt, Singapour, l'Inde, le Canada et dans une moindre mesure ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant