L'Egypte confirme la peine de mort pour 183 pro-Morsi dont le chef des Frères musulmans

le
0
L'Egypte confirme la peine de mort pour 183 pro-Morsi dont le chef des Frères musulmans
L'Egypte confirme la peine de mort pour 183 pro-Morsi dont le chef des Frères musulmans

Le verdict est tombé. Le tribunal de Minya dans le centre de l'Egypte a confirmé samedi les condamnations à mort de 183 partisans présumés du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée. Parmi eux, le chef des Frères musulmans, Mohamed Badie.

Au total, 683 personnes avaient été condamnées à la peine capitale fin avril par le même juge pour avoir participé à des manifestations violentes à Minya, le 14 août 2013. Le jour même, quelque 700 manifestants pro-Morsi tombaient sous les balles des policiers et soldats au Caire. Quatre, dont deux femmes, ont vu leur peine commuée en prison à perpétuité et 496 ont été acquittés, a indiqué le procureur général Abdel Rahim Abdel Malek. Les autres attendent leur sort.

Amnesty international réclame un nouveau procès

Amnesty International a aussitôt demandé aux autorités égyptiennes d'annuler ces condamnations. «Les autorités égyptiennes doivent casser ce jugement et ordonner un nouveau procès, équitable pour tous les accusés et sans recours à la peine de mort», a souligné Hassiba Hadj Sahraoui, vice-directeur pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord dans l'ONG basée à Londres.

A l'été 2013, de nombreux partisans du président Mohamed Morsi, destitué en juillet 2013, avaient manifesté leur colère dans les rues. Les manifestants, d'une extrême violence, avaient causé la mort de nombreux protestataires.   

EN IMAGES. Les partisans de Mohamed Morsi se soulèvent (été 2013) (LP/Philippe de Poulpiquet)

Cliquer sur les flèches à droite pour faire défiler les images. Passer la souris sur l'image pour en avoir la description.

La plupart des 183 condamnés à mort ont été jugés par contumace lors de ce verdict final prononcé en moins d'un quart d'heure. Les avocats de la défense ont dénoncé une nouvelle fois des atteintes à leurs droits. Devant le tribunal gardés par des blindés de la police et des hommes des forces de l'ordre armés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant